Aigues Juntes

 

 

 

 

Département de l'Ariège, Arrondissement de Foix, Canton de La Bastide de Sérou

 

Altitude : 340 / 616 m

Longitude : 1° 28’ 15’’ E

Latitude : 43° 03’ 20’’ N

 

(Carte: Conseil Général de l'Ariège)

 

- Démographie

- Approches historiques

- Patrimoine

- Pour en savoir plus...

- Célébrité

 

 

Surface : 777 ha

 

Démographie :

1806 : 427

1851 : 355

1856 : 333

1901 : 221

1921 : 160

1946 : 151

1968 : 81

1982 : 59

1999 : 49

2006: 43

 

Etymologie : « aquae » (eaux) et « junctae » (jointes) : les eaux se joignent à la sortie ouest de la commune, au Pas del Roc dans le quartier de Fourné (bien que ne faisant pas partie de la commune)

 

Nom des habitants :  Aigues-Juntais et Aigues-Juntaises

 

 

 

Approches historiques :

 

Site de l’âge de fer  (Grotte du Pigailh fouillée par Ladevèze et Miquel) ; dans cette même grotte, des médailles gallo-romaines y ont été trouvées : d’Antoine le Pieux : 138-161 ; de Treticus, de Licinius, 310-325

 

Mis sous le patronage du prieur claustral du Mas d’Azil, Aigues Juntes, depuis le milieu du XIIIéme jusqu’à la Révolution, formait une enclave de la Province du Languedoc dans le Comté de Foix (comme l’était la baronnie d’Alzen avec Larbont, Nescus et Montels).

Pour le spirituel, Aigues Juntes, qui appartenait à l’abbaye du Mas d’Azil, était une annexe de Montégut (déjà en 1268) et dépendait pour le temporel du diocèse de Rieux et ce depuis sa création en 1317 jusqu’à la Révolution.

En août 1621, les troupes de Rohan s’emparent d’Aigues Juntes : le baron de Léran pille le château

La première église placée sous l’invocation de sainte Marie, située au milieu du cimetière, est ruinée durant les guerres de religion. Elle est reconstruite sous le patronage de saint Barthélemy. Foudroyée vers 1860, une autre église fut alors construite au centre du village

 

Aux Faudoas, puis, par mariage aux Rochechouart en 1517, Aigues Juntes passe à la famille de Boyer (la seigneurie de Pradières comprenait la partie ouest du terroir d’Aigues-Juntes) 

 

Carte de Cassini (18ème siècle)

 

Au début du XXème siècle, un instituteur et un curé y exercent pour Aigues-Juntes et ses hameaux de Fourné, le Bayle, Pierroutous, Guiniot-Mane et Thomas, alors que la commune comporte 48 maisons

Durant la seconde guerre mondiale, des maquisards s’y réfugient (guérilleros espagnols en particuliers)

 

NB : Aigues-Juntes fut dans l’arrondissement de Foix en 1801, puis dans celui de Saint-Girons en 1926, enfin revenu dans celui de Foix en 1942

L’église et la mairie se trouvent au village Le Fourné

 

La commune se trouve dans le périmètre d'étude du Parc Naturel Régional des Pyrénées Ariégeoises

 

Pour ce qui est du religieux, Aigues-Juntes dépend du doyenné de Foix et du secteur paroissial du Mas d'Azil comprenant: Le Mas d'Azil, Gabre, Aigues Juntes,- Sabarat, Les Bordes, Campagne,- Daumazan, Montfa, Montbrun, Castex,- La Bastide de Besplas, Fornex, Thouars, Loubaut, Meras,- Allières, Durban, Montseron

 

 

 

 Municipales 2008:   55  Inscrits

 

 

 

Patrimoine :

 

- Grotte de Pigailh : En 1888, M. Miquel de Saint-Girons découvrit sur le flanc rocheux du Quier une grotte comprenant une chambre et deux galeries d’une longueur totale d’environ quarante mètres. Des pièces de monnaie du 2éme siècle, des fragments de poterie et divers objets y furent trouvés

- Église dédiée à saint Barthélemy (Reconstruction de l'église, 1861-1864: voir ADA 4 V 7)

NB : église disparue (Pradères Serra de Cor), mentionnée dans le cartulaire de Malte et le Terrier

 

 

Pour en savoir plus…

 

« Grotte du Pigailh à Aigues-Juntes », Miquel, BSA 1890

« Art et archéologie dans le canton de la Bastide de Sérou », J. Baylé, BSA 1976

Plans et dossiers divers aux ADA : 2 O 68 à 71 (école, construction de l’église de 1866, eau…)

http://portaildescommunes.cg09.fr

 

 

Célébrité :

Marc Saturnin de Boyer: seigneur de Montegut, Aigues Juntes, né le 6 octobre 1753, député sous le 1er Empire

 

 

Terrier 1782 : ADA,177 E Supl

 

Registre paroissial le plus ancien : 1673

 

(Étude : J.J. Pétris)