Bedeille

 

 

 

Département de l'Ariège, Arrondissement de Saint Girons, canton de Sainte Croix-Volvestre

 

Altitude : 330 / 590 m

Longitude : 1° 06’ 13’’ E

Latitude : 43° 05’ 15’’ N

 

(Carte: Conseil Général de l'Ariège)

 

 

 

 

 

 

Surface : 946 ha

 

Démographie :

1806 : 459

1851 : 549

1856 : 484

1901 : 300

1921 : 202

1946 : 160

1968 : 83

1982 : 76

1999 : 72

 

Étymologie : Du gascon « avedelha » : sapinière

Nom des habitants :  Bédeillais et Bédeillaises

 

 

Approches historiques :

 

Bedeille est l’une des rares communes de l’actuel département de l’Ariège, où au Moyen Age l’on sait que l’évêque (alors de Toulouse) possédait au temporel la moitié  des revenus de cette localité, ce qui fut à l’origine de très longs conflits avec le comte de Comminges et les familles locales (celles de Montégut).

 

Bien qu’en Couserans, Bedeille faisait partie, jusqu’à la Révolution, de la Province du Languedoc, suite à l’hommage rendu par l’évêque au roi en 1256 : ce qui lui confèrera un statut particuliers. Cl. Pailhès dans« Archives ariégeoises », n°1 « Les cadres institutionnels du Couserans médiéval » (2009) explique: L’évêque Nicolas (de Saint-Lizier) « prêta hommage à Alphonse de Poitiers en 1256 pour son temporel de Saint-Lizier et pour Bédeille, Tourtouse, Cérizols et Montardit »… « Le comte de Comminges avait des droits assez solides sur Saint-Lizier pour que la cité reste incontestablement dans leur comté. Il n’en alla pas de même des terroirs de Bédeille, Tourtouse, Cérizols et Montardit qui passèrent définitivement dans le comté de Toulouse puis dans le domaine royal languedocien »

 

 

Selon la tradition, le village actuel s’était déplacé suite à une épidémie de peste (16ème siècle) et connut l’implantation de Saintongeais venus en Couserans vers la même période (influence du couvent de Sainte Croix dépendant de Fontevrault, en Maine et Loire)

 

Quant au château (dont il existe quelques vestiges), il appartenait à l’évêque du Couserans dont Bédeille dépendait (Cassini l’indique ruiné).

 

Carte de Cassini (18° siècle)

 

Un fait marquant : l’incendie du hameau de Bouyches en 1873

La renommée de Bédeille résidera dans sa station thermale (contre les infections rhumatismales : températures de 18 à 20°), exploitée jusqu’en 1970. En 1909, l’on dénombrait 1500 bains.

 

Principale industrie au début du XXème siècle: le bois  (expédié par la gare de Cazères).

A ce moment-là, un instituteur y exerçait

 

 La commune se trouve dans le périmètre du Parc Naturel Régional des Pyrénées Ariégeoises

 

Pour ce qui est du religieux, Bédeille dépend du doyenné du Couserans et du secteur paroissial de Fabas comprenant: Fabas, Barjac, Bédeilhe, Cérisols, Tourtouse

 

Municipales 2008:    68 inscrits

 

 

 

Patrimoine :

 

Vestiges du château du 13éme (déjà mentionné en ruines sur la carte de Cassini)

Église St Michel (clocher-mur à 3 cloches) : autel en marbre rouge provenant de la carrière de « Coume du Lac » 

           

            

 

 

 

Pour en savoir plus…

 

« Les églises du Couserans au XVIIIéme siècle d’après les ordonnances de Monseigneur de Verceil », J. Boulhaut, BSA 1972

Petites réparations à l’église: 440 livres 4 sols, 1781 (ADA, G 13)

Plans divers et dossiers aux ADA : 2 O 273 (école, eau, monument aux morts, …)

 

Sites Internet :

http://www.volvestre-patrimoine.info/index.php?option=com_content&task=view&id=106&Itemid=31

www.cc-volvestre-ariegeois.com

http://www.parc-pyrenees-ariegeoises.fr/IMG/pdf/volvestre_light.pdf (Étude du CAUE)

www.citaenet.com/bedeille

http://portaildescommunes.cg09.fr

 

Terriers : 1636 et 17ème

 

 

Registre paroissial le plus ancien : 1662

 

(Étude : J.J. Pétris)

 

Il faut le dire :

L’Association Histariège remercie la commune pour son soutien dans la réalisation de son projet