Castelnau Durban

 

 

Castelnau-Durban

 

 

Département de l'Ariège, Arrondissement de Saint-Girons, Canton de Saint-Girons

 

Altitude : 361 / 931 m

Longitude : 1° 20’ 30’’ E

Latitude : 43° 00’ 04’’ N

 

(Carte: Conseil Général de l'Ariège)

 

- Démographie

- Approches historiques

- Patrimoine

- Célébrités

- Pour en savoir plus...

 

Surface : 1318 ha

 Castelnau-Durban est augmenté de Cert par ordonnance du 2 août 1826

 

Démographie :

1806 : 1145 (Castelnau-Durban) + 239 (Cert)

1826 (Castelnau-Durban) + 234 (Cert)

1831 : 1602

1851 : 1592

1856 : 1387

1901 : 1225

1921 : 1009

1946 : 704

1968 : 550

1982 : 489

1999 : 422

 

« Castelnau de Durban » en 1801 (Bulletin des Lois)

Nom des habitants :  Castelnau-Durbannais et Castelnau-Durbannaises

 

 

Approches historiques :

 

A l’origine, Castelnau-Durban était au Comté de Foix, et non au Couserans.

Coutumes octroyées en 1257 par Roger IV et Loup de Foix (ADA, 36 J)

Bénéficiant d’une charte de coutumes, la communauté relevait de la châtellenie de la Bastide de Sérou.

 

A noter que son appellation était  « Castelnau de Durban » jusqu’à la Révolution.

Sa possession  passa de mains en mains (Foix-Rabat, de Lévis, aux Maulléon, enfin par mariage aux Bellissen)

En mars 1562 : échauffourée qui aurait fait une cinquantaine de morts (guerres de religion) 

Avant la Révolution, Castelnau était siège de justice pour Castenau, Mincou et Feillet

 

Carte de Cassini (18° siècle)

 

Le 15 octobre 1801 (23 vendémiaire an X) : passe du canton de Rimont à celui de St Girons

La commune de Cert et celle de Castelnau-Durban deviennent Castelnau-Durban (ordonnance du 2 août 1826)

 

Sous le 1er Empire, foires : 12 janvier, 2éme lundi du Carême, 5 mai, 20 juillet, 25 septembre, 20 novembre

 Sources ferrugineuses 

Activités anciennes : carrières de marbre à Laborie,  de l’Espiougue; mines de fer et de cuivre ; carrières de baryte : expéditions aux usines de broyage de Lourdes ; mine de manganèse de Cazalas à partir de 1896 ; mais, aussi, papeteries avant la Révolution

 Au début du XXème siècle, six instituteurs et un curé y exercent pour le bourg et ses hameaux: Laborie, Cazalas, Lacazave, Micou. 312 maisons y étaient habitées

 

La voie ferrée Foix à Saint-Girons, longue de 47 km, desservait les stations de Foix, Baulou, Cadarcet, La Bastide de Sérou, Ségalas, Castelnau-Durban, Rimont, Lescure et St Girons

 

Castelnau-Durban restera le symbole de la libération définitive de l’Ariège (22 août 1944) avec la capitulation d’une colonne allemande forte de 1500 hommes : voir www.histariege.com/resisthist09.htm

 

(A noter qu’une batterie de défense aérienne (DCA) est cantonnée en 1940 sur la commune)

Gustave Pédoya, conseiller général de 1945 à 1982, accueille François Mitterrand en 1960

 

 La commune se trouve dans le périmètre du Parc Naturel Régional des Pyrénées Ariégeoises

 

Pour ce qui est du religieux, Castelnau dépend du doyenné du Couserans: secteur paroissial de Castelnau comprenant Castelnau-Durban et Rimont

 

Municipales 2008:  348  inscrits

 

 

 

Patrimoine :

 

Ruines du château, 13/15éme des seigneurs de Durban (1ère mention en 1238)

 

 

Chapelle St Michel du XIIIéme (ancienne église paroissiale) avec son retable du 18ème et cimetière sont Sites Inscrits

 

       

 

Église moderne, au bourg (construction, 1830: voir aux ADA, 4 V 12)

 

 

Stèle commémorant la bataille de Castelnau-Durban

Asinerie de Feillet et son lait d’ânesse

Allées de platanes (environ 250) ayant 150 ans

Circuit des carrières de marbre

 

 

 

 

Célébrités :

- Casy Rivière y est né le 14 juillet 1905 : prêtre aux « idées marginales » pour son époque, il était l’ami des écrivains et des poètes (Brel…); La pièce "La ville dont le prince est un enfant" d'H. de Montherlant lui est dédiée (sortie le 8/12/1967). Décédé le 2 août 1987

- Léon Palès, né à Toulouse le 20 février 1905 ; mort à Issy les Moulineaux en 1988 ; enterré à Castelnau-Durban : médecin et anthropologue ; directeur de recherches au CNRS (1961) ; a fouillé la grotte de Malarnaud, seul gisement néandertalien des Pyrénées.

- Clovis Dedieu : né à Castelnau le 26 juillet 1902. Agent de liaison durant la seconde guerre mondiale, il ravitaille le maquis de la Crouzette. Il meurt sous la torture de la Gestapo au château de Lauquié de Foix ; son corps est retrouvé à Prayols en août 1944.

- Achille Viadieu, dit "Ginou": né à Castelnau-Durban en 1911; adjoint de Morhange sous le nom de X-2. Comptable à la gare de Matabiau, il prend la direction ariégeoise du RNP (Rassemblement National Populaire), puis chef régional de ce mouvement fasciste et ultra- collaborationniste (en accord avec Morhange) d’où il obtient des renseignements des Allemands.

 

 

Il est tué à Toulouse, le 2 juin 44, dans une opération qui a mal tourné… Une rue, à Toulouse, porte son nom

 

- Gironce Andrée, née Cazenave le 9 juin 1920 à Castelnau-Durban, décédée le 26 juillet 1944 à Ravensbrück: membre des réseaux de Renseignements et de contre-espionnage (réseau S.S.M.F./T.R. : groupe Morhange). Son nom est gravé sur le Mémorial de Ramatuelle.


 

 

Pour en savoir plus…

 

« Bataille de Rimont et de Castelnau-Durban », Cl. Delpla, 1994

« Les églises du Couserans au XVIIIéme siècle d’après les ordonnances de Monseigneur de Verceil », J. Boulhaut, BSA 1972

« La période révolutionnaire à Castelnau-Durban (1790-1802) », Abbé Cau-Durban, BSA 1891-1892

« Deux cents ans de foires à Castelnau-Durban, 1760-1960, M.T. Blanc-Rouquette dans « Du Couserans au gave de Pau. Tradition et renouveau », 1986

Réparations à l’église Saint Michel: 431 livres, 1781 (ADA, G 13)

« Une châtelaine à Castenau-Durban au XVIIème siècle », M.T. Blanc-Rouquette, BSA 1983

Plans divers et dossiers aux ADA : 2 O 438 à 445 (écoles, restauration et exhaussement du clocher de 1902, halle, eau…)

 

Sites Internet :

www.ville-st-girons.fr/culture/SNCF/galerie_02.htm

http://perso.wanadoo.fr/lapasset.marcoferro/clbf_2.html

www.intercommunalites.com/communautes/document1218.htm

http://portaildescommunes.cg09.fr  

 http://www.histariege.com/resistance.htm (Dans "textes tirés des papiers...") ou dans www.histariège.com (thèmes "Résistance")

 

Terrier : 1789

 

Registre paroissial le plus ancien : 1685

 

 

(Étude: J.J. Pétris)

 

 

 

Il faut le dire… : L’Association Histariège remercie les communautés du Séronais pour leur soutien dans la réalisation de son projet