Caumont

 

 

 

Département de l'Ariège, Arrondissement de Saint-Girons, Canton de Saint-Lizier

 

Altitude : 338 / 528 m

Longitude : 1° 05’ 08’’ E

Latitude : 43° 01’ 50’’ N

(Carte: Conseil Général de l'Ariège)

 

 

 

 

 

Surface : 922 ha

 

Démographie :

1806 : 462

1851 : 602

1856 : 531

1901 : 446

1921 : 342

1946 : 312

1968 : 292

1982 : 255

1999 : 312

2006: 317

 

Étymologie : Calvus Mons : mont chauve, dénudé

Nom des habitants : Caumontois et Caumontoises

 

 

Approches historiques :

 

Par ses vestiges, Caumont (en Ariège) a sûrement été occupé par les Romains. Un cippe romain (colonne sans base ni chapiteau mesurant 51 cm de haut sur 24 de large) y a été découvert avec des inscriptions : « Deae Andei Laetinus Laeti… »  (« A la déesse Andle, Laetinus fils de Laetus, acquitte son vœu avec empressement et reconnaissance ») ; une autre découverte : en défonçant un champ, un tombeau a été mis à jour dont l’inscription était : « Sergius Paulus uxori castissimae » ; enfin, des médailles du Haut Empire dont l’une à l’effigie d’Antonin

 

Selon la tradition orale, le bourg de Caumont était primitivement bâti sur les pentes méridionales du monticule voisin, appelé le Plech, où se situent les ruines du château.

Appartenant au Comminges, Caumont, ancien village fortifié autour de son château du 12éme/13éme siècles, fera partie de la châtellenie de Saliès du Salat et relevait du diocèse de Saint Lizier.

Duclos fait remarquer que le fort d’Austrie (St Lizier) était relié à celui de Caumont

La première mention d’une église à Caumont date de 1382 

 

NB : Duclos dans « Histoire des Ariégeois » écrit : « Sur la montagne dénudée de Caumont, s’élevait un temple païen, remplacé plus tard par une église ».

A signaler que l’Histoire du Languedoc signale « Caumont » pour l’année 1484 : « Dans la lutte de succession entre Jean de Foix, vicomte de Narbonne et Catherine de Foix, le roi, après avoir mis sous sa main les villes et les châteaux de Saverdun, Mazères, Montaut, Son, Montbrun, Caumont et Traquesne, dans le comté de Foix, en confia la garde au vicomte de Narbonne, jusqu’au jugement définitif de son différend avec la princesse de Viane, qu’il s’était réservé ». Il semble qu’il y ait une confusion avec Calmont (proche de Mazères) et qui dépendait du Comté de Foix.

 

Carte de Cassini (18° siècle)

 

Au début du XXéme siècle, 2 instituteurs et 2 curés desservaient les hameaux ou métairies de Cap du Prat-Bédiaou, Bouchez, Réchac, Peycazes, Niart. A la même période, des carrières de pierres à faux y étaient exploitées

 

La voie ferrée reliant Boussens à Saint-Girons desservait pour la partie ariégeoise les stations de St Girons, St Lizier, Caumont, Prat-Bonrepaux et Lacave

 

 La commune se trouve dans le périmètre du Parc Naturel Régional des Pyrénées Ariégeoises

 

Pour ce qui est du religieux, Caumont dépend du doyenné du Couserans et du secteur paroissial de Saint-Lizier comprenant: Saint-Lizier, Lorp-Sentaraille, Caumont, Gajan, Taurignan-Vieux

 

Municipales 2008:  287  inscrits

 

 

 

 

Patrimoine :

 

Château :

 

(Plan du château de Caumont, d’après le Bulletin Monumental, 1884)

 

Au lieu dit « Le Plech », se trouvent les ruines d’une forteresse originale, à la disposition curieuse fort rare.

Ce fort était composé de 47 salles et d’un donjon (dont les murs, à la base, ont 2 mètres d’épaisseur) avec une enceinte circulaire et barbacane. Ce château paraît avoir été bâti pour servir de refuge à la population alentour.

Aucun texte ne nous dit son origine et son histoire : il semble, simplement, dater du début du 13éme. Une forteresse semblable à celle de Caumont est située dans le Gard, au nord d’Uzès, appelé Castellas de Bevezet, construit avant 1200

Certains historiens pensent que les Romains y avaient déjà bâti un castellum ou un castrum.

Faute de documents, Cau-Durban et F. Pasquier pensent que sa démolition pourrait être due à la lutte entre les maisons d’Armagnac et de Foix à la fin du 14éme siècle.

 

Église Saint Barthélémy (MH): du 18éme (1778) ; clocher à bulbe (l’un des d’eux que comporte l’Ariège); corbillard du 18éme ; autel en marbre polychrome (noir, jaune, blanc) de la fin du 18éme ; Cloche de bronze du 16éme, inutilisée car mutilée.

 

 

 

Vestiges de l’église Saint Martin (12 et 16éme) bâtie sur les ruines d’un temple païen dédié à la déesse Ande du 1er siècle avant J.C.

NB : Le compoix de 1644 mentionnait une autre église : celle de ND de pitié

Château de Gaujac

Grange agricole du 18ème siècle (en cours de restauration)

 

 

 

Pour en savoir plus…

 

« Le castrum de Caumont », Cau-Durban et F. Pasquier : BSA 1899

« L’Ariège et ses châteaux féodaux », A. Moulis

« Le castrum de Caumont », dans l’Ariège, n° 9, 1905 (ADA, Per 270)

« Une vieille citadelle : Caumont », Patriote du Sud-Ouest de juillet 1946

« Le castrum et le Castéras de Caumont », M.C. Amiel et Fr. Déliot (Société des Etudes du Comminges, 2000)

Plans divers et dossiers aux ADA : 2 O 457 à 459 (écoles, église, eau, … )

 

Sites Internet :

 www.caumont.chez.tiscali.fr

http://portaildescommunes.cg09.fr

 

Compoix-cadastre, 1644 : ADA, 81 EDT (CC1)

Cadastre 18éme : ADA, 81 EDT, CC2

 

Registre paroissial le plus ancien : 1710

 

(Étude : J.J. Pétris)

 

Il faut le dire… :

L’Association Histariège remercie les communautés de l’agglomération de Saint-Girons pour leur soutien dans la réalisation de son projet