Chateau-Verdun

 

 

Château-Verdun

 

 

Département de l'Ariège, Arrondissement de Foix, Canton de Les Cabannes

 

Altitude : 529 / 766 m

Longitude : 1° 40’ 47’’ E

Latitude : 42° 46’ 56’’ N

 

(Carte: Conseil Général de l'Ariège)

 

- Démographie

- Approches historiques

- Patrimoine

- Pour en savoir plus...

 

Surface : 79 ha (La moins étendue des communes de l'Ariège)

 

Démographie :

1806 : 153

1851 : 165

1856 : 146

1901 : 138

1921 : 133

1968 :   63

1982 :   44

1999 :   39

 

« Castel-Verdu » ou « Castel-Berdu » (en roman dans Esquerrier)

 

 

Approches historiques :

 

Site néolithique, Château-Verdun deviendra l’une des plus anciennes et des plus célèbres baronnies du Pays de Foix.

La première mention semble dater de 1166 : Donation d’Arnaud de Castelverdun (Castello Verduni en 1180)  à l’abbaye de Boulbonne

 

1213 : le castrum est dénombré parmi les fortifications du comté de Foix.

1230 : le comte de Toulouse reconnaît au comte de Foix le « castro Castri Verduni »

1244 : Garcias Arnaud de Castelverdu et Atho Arnaudde Castelverdu, frères, rendent hommage à Roger, comte de Foix pour « lo castel de Castelverdu et la forsa et spelonga de Boan (Bouan)… »

A partir de 1244, Château-Verdun est co-seigneurie (on trouvera les Batalha, les Miglos (1372), les Saquet (15éme), Montfort (15éme)

 

1247 : un inquisiteur à Château-Verdun : Guillaume Arnaud

 

A propos du trésor de Montségur et des grottes du Sabarthès:

 

Imbert de Salles déclare devant l'Inquisiteur:

"Le Bon Homme Mathieu m'a dit que lui-même et Pierre Bonnet, le diacre des Bons Hommes de Toulouse, quand ils sortirent du château et emportèrent de l'or, de l'argent et une quantité infinie de monnaie, passèrent par l'endroit où faisaient la garde les hommes de Camon, qui donnèrent à ces Bons Hommes le passage pour qu'ils pussent librement entrer et sortir. Ces Bons Hommes allèrent alors aux grottes du Sabarthès, tenues par Pons Arnaud de Châteauverdun"

 

 

1272 : appartient au comté de Foix (vallée de « Castroverduno avec Castro Verduno », mais le « Castrum Verduni » doit être rendu au roi : rachat des biens perdus par Pons Arnaud de Château Verdun pour faits d’hérésie)

1293 : mention des mines de fer de la seigneurie, Larcat et Pech, (accord entre le comte de Foix et les coseigneurs de Château-Verdun)

 

1300 : Pons Arnaud de Château Verdun part pour la Lombardie : Guillaume Arnaud, son frère lui succède

L’an 1300 : accord et arbitrage entre les habitants de la vallée de Miglos et le seigneur de Château-Verdun à raison des pâturages et coupe de bois dans les montagnes de Château-Verdun. Voir registre du Notaire Vic : 5 E 5910 (au 8 novembre 1836, annexe n° 20 avec parchemin et traduction en français)

1372 : Serment de Raimond de Miglos pour ce qu’il possède à Château Verdun

En 1390, « Castelverdu » compte 26 feux, ce qui représenterait selon la régle de Voltaire 117 habitants.

1391 : Ramon de Miglos prête serment au comte de Foix pour le lieu et la « tour  de Castelverdun »

 Au début du XIVéme, Pierre Arnaud de Château-Verdun est sénéchal du Comté de Foix.

 

Chef lieu d’une baronnie, puis d’une châtellenie comprenant Albiès, Aston, Aulos, Bouan, Les Cabannes, Château-Verdun, Larcat, Larnat, Le Pech, Sinsat, Verdun

 

Lors des Guerres de Religion, Fantillon de Sales, seigneur de Gudanes et catholique, est assiégé dans son château qui est pillé et démoli en 1580

 

En 1672, sous Louis XIV, la baronnie de Château-Verdun comporte Château-Verdun, Pech, Les Cabannes, Larcat, Verdun, Aulos, Albiès, Bouan, Sinsat et Aston.

Fin du 17éme : la baronne de Gudanes, Marie Antoinette de Miglos, épouse de Jérôme de Sales, se retrouve, étant veuve, en Espagne (en 1669) et devient espionne au profit de Louis XIV (voir Legrelle : « La diplomatie française et la succession d’Espagne »)

 

Le dernier seigneur fut le marquis Louis Gaspard de Salles, dit « Le roi des Pyrénées » fit construire de 1741 à 1750 le château de Gudanes sur l’emplacement de l’ancien castel. Le marquis de Gudanes possédait 6 forges et fournissait à lui tout seul le tiers du fer produit dans le comté de Foix. « Doté d’une immense fortune…, il tient salon dans son magnifique château de Gudanes et reçoit les plus chauds partisans du mouvement philosophique. Parmi ses hôtes, l’écrivain protestant Laurent Angliviel de la Beaumelle, familier de la Cour à Versailles et des sommités intellectuelles de l’époque : le mathématicien La Condamine, Buffon, Diderot, Montesquieu et Voltaire devenu plus tard son ennemi irréductible » (L. Clayes)

 

1783 : Louis Gaspard de Sales, dernier marquis de Gudanes fait donation à l’aînée de ses filles, Marie Thérèse Josèphe, mariée à Louis Guillaume de Mengaud, baron de Lahage (ce dernier assiste à l’assemblée de la noblesse du comté de Foix tenue à Pamiers en 1789 et moura  le 26 germinal an 2 (15 avril 1794) en prison, à Toulouse)

Château Verdun devient, sous la Révolution « Liberté-Verdun »…

Les biens du marquis, le château de Gudanes et le domaine forestier seront achetés, à la Révolution, par Astriè, de la célèbre famille de forgeurs.

La fameuse Guerre des Demoiselles due au nouveau code forestier sévira à Château-Verdun, avec en particuliers, en 1830, la manifestation, au château de Gudanes, d’une troupe armée de fusils et de bâtons

 

En 1896, Château-Verdun comporte 38 maisons, 41 ménages pour 136 habitants. L’activité industrielle reste dans les forges et martinets de l’usine métallurgique de Gudanes

 

Fermeture des mines de fer de Château-Verdun (société des Mines de Château-Verdun) en 1913 : liquidation

 

Pour ce qui est du religieux, Château-Verdun dépend du doyenné de Haute Ariège et du secteur paroissial de Les Cabannes comprenant: Les Cabannes, Pech, Aulos, Château-Verdun, Albiès, Aston, Bouan, Sinsat, Larcat, Lassur, Vèbre, Urs, Verdun

 

 

 Municipales 2008:   53  Inscrits

 

 

 

 

 

Patrimoine :

 

Château de Gudanes : le 1er château est démoli en 1580, reconstruit de 1741 à 1750 sur l’emplacement de l’ancien château par Louis Gaspard de Sales; jardin aménagé en 1739, restauré en 1870-1875 sous l’autorité de l’architecte Gabriel. M.H. : 14/06/1994

 

 Gudanes n’a pas été vendu comme bien national, mais acheté par J. Pierre dit « de la Place » et Pierre Astrié d’Ax ; puis passe à la famille de Limairac ; puis à la famille Baudon de Mony

Problème de succession à partir de 1950 ; proposition d’achat par le Conseil général

En 1963 : vente du château et son parc au département du Tarn et Garonne (pour en faire un lieu de colonies) ; puis revendu à une SARL (château et cour) et à une SCI (dépendances aménagées en logements mis en vente). L’ancienne usine métallurgique et les restes du vieux château féodal (déjà ruiné au 17éme) ont été achetés vers 1994 par une SARL

 

Vestiges des enceintes du château

 

Anciennes forges (Forge à martinet où il y avait jadis une mine de fer)

Église du 19éme ;

Chapelle castrale ND

 

 

Pour en savoir plus…

 

Bibliographie:

« Les co-seigneurs de Château-Verdun », Charles Garrigues, Lacour, 2003

« Les mines de Château-Verdun au XIIIéme siècle », BSA 1905-1906

« Les Château-Verdun, une famille noble cathare du comté de Foix », Nelli (S), dans Heresis, n° 7, 1986

Plan et description du château : « Monographies villageoises en Sabarthès », Florence Guillot, 1999

 « Préface à une demande en réduction d’impôts présentée sous Louis XIV par les habitants de la baronnie de Château-Verdun » : Pasquier F. (BSA 1882-1885)

« Histoire des châteaux de Château-Verdun et de Gudannes », Ch. Garrigues, BSA 1980

 

 

Aux ADA:

Château-Verdun, titres de propriétés des seigneurs, 1347-1576 : ADA E 206

Reconnaissance des bornes de la châtellenie de Château-Verdun, 1672-1673 : ADA 2 B 31

Forges : plans : 44 J (2-5)

Visite de l’église St Martin, 5 juillet 1671 (ADA, G 58)

Visite de mai 1696 (ADA, G 59)

Liste des habitants de la paroisse de Château-Verdun et annexes (1661) : G 231 (27)

Plans divers et dossiers aux ADA : 2 O 496 à 498 (eau, église, école…)

 

 http://portaildescommunes.cg09.fr

 

Armes (de la famille de Salles) : d’Azur au chevron d’or, accompagné de 3 lionceaux d’or

 

D'azur, au chevron d'or, accompagné de 3 tours d'argent, maçonnées de sable, à la bordure d'argent (J.B. Rietstap)

 

  (Réalisation: Y.A. Cros du Cercle Généalogique de Languedoc)

 

 

Plan napoléonien : 1826

 

Registre paroissial le plus ancien : 1687

 

(Étude : J.J. Pétris; participation d'Y.A. Cros

Photos: J. Guérola)