Durfort

 

 

Durfort

 

 

Département de l'Ariège, Arrondissement de Pamiers, Canton de Le Fossat

 

Altitude : 245 / 372 m

Longitude : 1° 27’ 25’’ E

Latitude : 43° 12’ 23’’ N

(Carte: Conseil Général de l'Ariège)

 

- Démographie

- Approches historiques

- Patrimoine

- Pour en savoir plus...

 

Superficie : 1098 ha

 

Démographie :

       1806 : 633 (Durfort et Villeneuve du Latou)

1851 : 764 « « « « « « « « « « « « « « « « « 

1856 : 739 « « « « « « « « « « « « « « « « « 

1901 : 619 « « « « « « « « « « « « « « « « « 

1921 : 509 « « « « « « « « « « « « « « « « « 

1931 : 240 (Durfort, seul)

1968 : 167

1982 : 120

1999 : 128

2006: 163

 

Villeneuve-Durfort (nom de la commune depuis la Révolution) devient Durfort, en Ariège,(ordonnance 8 juillet 1814) ; reprend le nom de Villeneuve-Durfort par ordonnance du 8 février 1832.

L’arrêté préfectoral du 5 avril 1929 scinde la commune en deux : Durfort et Villeneuve du Latou.

Nom latin de la paroisse : « Durus fortis » ; dépend pour le temporel de Foix ; sous le patronage du prieur claustral de Lézat

 

 

 

Approches historiques :

 

Durfort relevait de la châtellenie de Saint-Ybars

Un château y fut construit au 13éme siècle (et ruiné à la Révolution) ; La famille de Durfort possédait au 13éme la seigneurie de Saverdun

Un moulin pastelier y est signalé en 1390, date à laquelle 80 feux y sont dénombrés ; de même, y sont mentionnés un moulin à vent et d’un moulin à eau… ainsi qu’une maison de filles de joie !(« ostal de las gayas »)

 

1621 : prise de Durfort par les protestants

 

En 1765, la justice seigneuriale se rend au château par deux consuls : l’un pour Durfort, l’autre pour Gragnoulet (Villeneuve du Latou)

De Cazals, baron de Durfort, assiste à l’assemblée de la noblesse à Pamiers en 1789

Villeneuve Durfort : Le 15 octobre 1801 (23 vendémiaire an X) : Passe du canton de St Ybars à celui du Fossat

Bâtiments détruits par inondation de 1875

En 1896, Durfort comporte 148 maisons pour 156 ménages et 661 habitants

 

L’arrêté préfectoral du 5 avril 1929 scinde la commune en deux : Durfort et Villeneuve du Latou.

NB : La commune de Durfort faisait partie en 1801 de l’arrondissement de Pamiers, puis passera à celui de Foix en 1929 avant de revenir à celui de Pamiers en 1942

 

Pour ce qui est du religieux, Durfort dépend du doyenné de Pamiers et du secteur paroissial de Lézat sur Lèze comprenant: Artigat, Bajou, Castèras, Lanoux, Loubens, Cazaux, Montégut-Plantaurel, Pailhès et Menay, Le Fossat, Carla-Bayle, Sainte-Suzanne, Sieuras, Villeneuve du Latou, Lézat, Saint-Ybars, Durfort et les villages de Castagnac, Massabrac, Canens, Latrape, Bax et Lapeyrère du diocèse de Toulouse (département de la Haute-Garonne) qui font partie du secteur de la Lèze

 

 

 Municipales 2008:   106  Inscrits

 

 

 

 

Patrimoine :

 

Vestiges du château : A remplacé une forteresse plus ancienne (mentionnée dans un dénombrement de 1263) ; construit ou reconstruit au 14éme.

 

 

Église (clocher mur ; Bas relief) : « L’ancienne église dédiée à st Sernin (en 1245), puis à st Firmin (1630 et à nouveau à st Sernin (1725) relevait de l’abbaye de Lézat dont elle constituait un prieuré. «  (H. Ménard)

 

 

NB : L’église disparue de Bessas est mentionnée dans le cartulaire de Lézat et sur la carte de Cassini

 

 

Pour en savoir plus…

 

« Contribution à l’histoire de la baronnie de Durfort », Despis, 1917

« Compte rendu d’un ouvrage sur le château de Durfort », F. Pasquier, BSA 1918

« Contribution à l’histoire de la baronnie de Durfort », Despis, 1917

« Les Durfort de Languedoc au Moyen Age », S. Nelli, Privat, 1989

Papiers divers: ADA, 45 J 164

Plans divers et dossiers: ADA 2 O 1902 et 1904 et 547 (école, église…)

 http://portaildescommunes.cg09.fr

 

Armorial (1696): D'argent à un château à 3 tours de sinople crénelées et maçonnées de même, la tour du milieu plus haute que les autres (d'Hozier)

(Réalisation: Y.A. Cros du Cercle Généalogique de Languedoc)

 

De gueules à 3 fasces d'argent (contemporains d'Escarmonde: sources Y.A. Cros)

(Réalisation: Y.A. Cros du Cercle Généalogique de Languedoc)

 

Terrier : 1642,1739, 1773

Terrier compoix de la baronnie et communauté de Durfort, 1739

 

Registre paroissial (état civil) le plus ancien: 1713

 

 

 

(Étude: J.J. Pétris; participation d'Y.A. Cros)