Freychenet

 

 

 

Département de l'Ariège, Arrondissement de Foix, canton de Montgailhard

 

Altitude : 557 / 2001 m

Longitude : 1° 43’ 13’’ E

Latitude : 42° 54’ 31’’ N

(Carte: Conseil Général de l'Ariège)

 

 

 

 

Surface : 2469 ha

 

Démographie :

1806 : 1192

1851 : 1132

1856 : 951

1901 : 600

1921 : 381

1946 : 232

1962 : 157

1968 : 94

1982 : 76

1999 : 83

2006: 100

 

Étymologie :

Freychenet : le pays du frêne

Gabachou : le blé noir

 

Diverses écritures du nom de la commune :

Fraxeneto villa (HDL : X C 92)

Fraixenet : 1403

Freyshenet : 1445

Freisinet : 1446

Frassinet: 1627

Fraichenet : 18° siècle

Fraichinet : 1764 et en 1801 (Bulletin des Lois)

"Freisinet" en forme romane (Esquerrier)

 

 

Le village de Freychenet et son Picou

 

 

 

Approches historiques :

 

L’histoire de la communauté de Freychenet est liée à celle de Saint Paul de Jarrat au moins depuis la création du Comté de Foix jusqu’à la Révolution. En effet, Freychenet appartient  à cette châtellenie et baronnie très puissante du Comté. (Voir sur ce site : Saint Paul de Jarrat)

Dans le Cartulaire de Saint Sernin (environ XII°), l’Acte 282  fait mention de « Fraxeneda » dans la liste des églises et biens usurpés par les seigneurs au détriment de l’abbaye de Saint Sernin (qui possédait Celles).

Sa situation géographique et politique en faisait une limite du Comté de Foix et du Languedoc. Le 25 av. 1256, « Le comte de Foix passe un compromis avec Guy de Lévis au sujet de la délimitation des montagnes et pâturages de Belmont, Fraissinet, Lordat, Prades Montaillou et Montférrier » (Cartulaire de Boulbonne).

Accord conclus avec le roi et le comte de Foix sur les frontières de Freychenet avec le terroir de Montferrier en 1295

 

Ses richesses naturelles étaient essentielles dans l’essor économique de la baronnie de Saint Paul : ses mines de fer et ses forêts alimentaient la forge du seigneur. Encore le 29 mai 1833, dans « l’ordonnance royale de concession et le règlement général de Rancié » (dernière mine de fer de la Vallée de Vicdessos, il est écris : « ...en outre de la mine de fer de Ranciè, le département renferme des mines insuffisamment exploitées : ainsi ... Fraischinet (sic), 3 (mines) »

 

1390 :

Belmont (Beumont) : 12 feux sont dénombrés, soit selon l’évaluation de Voltaire 54 habitants; (Belmont était une zone à cheval sur les communes actuelles de Freychenet et de Celles); Bernat de Beumont, qui figure dans la liste des gentilshommes du comté de Foix, en 1376-1378, y possède 2 maisons

Freychenet: (Fraixenet): 9 feux  (41 habitants) 

 

Lors du relevé des Décimes du diocèse de Pamiers (1515-1520) sous l’autorité du cardinal Armamieu d’Albret (administrateur de l’évêché), Freychenet ne paye pas (le recteur y échappe) : « Qui n’ayant rien ne peut rien donner » (B.M. de Toulouse LmB 625

 

Lors des guerres de religion, le recteur de Freychenet Vital Decot (ami de l’évêque  Henri de Sponde) se sauve de Pamiers avec l’évêque en 1627 pour se réfugier à Varilhes, puis à Foix (Delescaze) devant les troupes du duc de Rohan. Il sera héritier universel de l’évêque.

Carte de Cassini (18ème siècle)

 

 

Durant la Révolution, Freychenet se retrouve dans le canton de Saint Paul ; puis passe, le 15 octobre 1801 (23 vendémiaire an X) à celui de Foix.

Après la Révolution, le 2/8/1818, un Jugement du tribunal civil de Foix règle la question de répartition des bois et pacages entre le sieur Méric de Montgazin (ancien seigneur et baron de Saint Paul) et les communes de Freychenet, Saint-Paul et Mercus (signifié le 11/9/1818)

 

Sous le 1er Empire, selon  Cl. Pailhès,  ¼ de la population part pour l’Aude et dans le Roussillon

Lors de l’épidémie de choléra en 1854, sur une population de 1132 habitants, 92 meurent

 

La commune de Freychenet, très étendue (du hameau de Le Sourt, près de Celles au Col de la Lauze en partie sur la commune de Monferrier) a connu quelques velléités d’indépendance du village de Gabachou, non loin de Nalzen. La demande remontant à 1848 est rejetée par décisions ministérielles du 1er mars 1852, 21 avril 1853 et 30 janvier 1855. Pourtant, la proposition de séparer Gabachou et Freychenet avait été adoptée à l’unanimité par le conseil général. 1er Août 1849 : Le Conseil Municipal donne un avis favorable pour créer une école au Gabachou. Une autre tentative d’émancipation se fait à partir de la séance du Conseil Municipal du 4 Août 1872 en développant ses motifs : distance, division naturelle, il y a une école, une église et un presbytère 

C.M. de Freychenet du 3 septembre 1871 : A la demande du C.M. de Celles, les enfants de Pouchou (commune de Celles) sont admis à l’école du Sourt dans les mêmes conditions que les autres élèves

1896: 189 maisons, 159 ménages pour 666 habitants

 

 Hameaux au début du XXéme siècle : Gabachou, Sourt, Tragine, Laurens, Baychel, Stalh de Pic, Armentières, Rasclat, Boulet, Col de la Lauze, Madril, Piccarot, Lamot, Tillol

Fermes importantes au début du  XXéme : Pic, Bordeneuve, Founteto, Mathé, Lajasse, Petit, Bénal, Peyret, Barthas, Lafforgue, Laffitte, Rantoy, Caucut

Au début du XXéme siècle, des écoles se trouvent à Freychenet, Gabachou, au Sourt et à Boulet 

Un moulin à farine se trouvait à Armentières bien avant la Révolution.

 

A l’aube du XXIéme siècle, la commune comporte 8 hameaux habités

 

Pour ce qui est du religieux, Gabachou dépend du doyenné du Pays d'Olmes-Mirepoix et du secteur paroissial de Montferrier comprenant: Gabachou, Leychert, Montségur, Nalzen, Roquefixade, Les Monts-d'Olmes, alors que  Freychenet dépend du doyenné de Foix et du secteur paroissial de Foix comprenant:

Foix, Arabaux, Cos et Labarre, Ferrières, L'Herm, Montgailhard, Montoulieu, Pradières, Prayols, Saint-Martin de Caralp, Serres sur Arget, Soula, Saint-Pierre de Rivière, Brassac, Bénac, Ganac, Le Bosc, Burret, Saint-Paul de Jarrat, Celles, Freychenet

 

 

 

Divers :

A Armentières, s’y serait trouvé un couvent : Les cloches de ce couvent auraient été emportées à Fanjeaux, où elles se trouveraient encore. Selon la tradition orale, les objets sacrés (calice,…) de ce couvent auraient été enfouis dans un puits qui se trouve en amont et tout près du couvent ou bien, auraient été enterrés…

 

« Le 24 décembre 1913, l’incendie a détruit les registres de la paroisse, en même temps que tout ce qui a été contenu dans la sacristie… La reconstitution des registres s’étendant de 1876 à 1913 a été commencée en l’an 1914. La déclaration de guerre (août 1914) et la mobilisation du curé avaient interrompu cette reconstitution, qui a été reprise en mars 1919 et terminée le 23 mai 1919. En foi de quoi : B. Laurens, curé » (registre paroissial de 1876 à 1913)

 

« Le 25 décembre 1913, l’incendie a détruit la sacristie de l’église paroissiale de Freychenet : ornements, vases sacrés, linges, archives et registres ont été la proie des flammes... La population dévouée a donné treize cents francs à l’abbé Laurens, curé, afin de réparer le désastre.

Le maire : Jean Rivière- Le curé : B. Laurens. 1 janvier 1914 » (registre de catholicité de 1913 à 1959)

 

Construction du clocher de Gabachou : plan dressé par Sicre Louis de Lavelanet ; approuvé le 26/9/1876 (terminé en déc. 1879) : démolition ; Reconstruction du mur pignon ; Construction du clocher ; Confection d’une porte d’entrée ; Pose d’une rose vitrail ferrée et peinte ; Confection et pose d’un épi avec boule en cuivre et croix couronnant la flèche

 

Au début du XX°, petite exploitation de phosphate au sud et au nord de Tragine

 

Le Col de la Lauze (à Calamières) devient le refuge des maquisards (la 3101 éme Cie FTP)  après la bataille de Roquefixade des 6 et 7 juillet 1944 et sonne le départ de la Libération de l’Ariège

NB : le hameau du Col de la Lauze est divisé en deux : une partie appartenant à la commune de Montferrier, l’autre à celle de Freychenet (une maison se trouve même à cheval sur les deux communes)

 

Quelques chiffres:

 

 

Hameaux : 1946

 

Commune : 232 habitants

 

 

Maisons

Ménages

Habitants

Armentières

4

4

14

Bénal

1

1

4

Boulet

2

2

5

Col de la Lauze

2

2

10

Gabachou

10

10

36

Lamot

1

1

5

Laurens

1

1

3

Madril

2

2

6

Mathé

2

2

6

Petit

1

1

5

Rasclat

7

7

26

Sourt

7

7

29

Stalh de Pic

1

-

-

Tragine

5

5

16

 

 

Population en 1965 (d’après une note de l’abbé Laurens, curé de Saint-Paul, desservant Celles et Freychenet)

 

25 maisons habitées

55 habitants (31 au bourg ; 24 aux écarts)

22 estivants en 1962 (12 en 1955)

4 automobiles

 

Age

Hommes

Femmes

70 ans et plus    

4

5

65 à 69

0

2

60 à 64

2

2

55 à 59

6

4

50 à 54

4

5

45 à 49

2

3

40 à 44

1

2

35 à 39

1

2

30 à 34

5

2

25 à 29

1

1

20 à 24

0

3

15 à 19

2

4

10 à 14

2

3

5 à 9

0

3

0 à 4

0

1

 

 

 

 

 Municipales 2008:  85   Inscrits

 

 

 

 

Patrimoine :

 

La commune de Freychenet possède deux églises : celle de Freychenet-Village et celle de Gabachou.

L’église de l’Assomption de Freychenet

 

De nombreuses grottes se trouvent sur son territoire

Le mont Fourcat est le point culminant de la commune et le premier 2000 depuis Toulouse.

L’un des « Trois bonshommes » sur le sentier de Lesponne conduisant au Mont Fourcat

 

 

 

Pour en savoir plus…

 

Cadastre (1810-1847) :           ADA, 3 P 159

Cadastre (plan ancien) :           ADA, 3 P 457 ; 3 P 474 ; 3 P 519

Cadastre (plan Napoléonien) : ADA, 3 P 652

 

Visite de l’église ND, 1636 et du 15 avril 1649 : ADA, G 58

Visite de l’église en 1700 : ADA, G 59

Archives communales: ADA, 48 EDT

« Freychenet », A. Bonnefont : ADA, 8° 2924

« La vallée des Sources », J.J. Pétris

Limites communes (projet sans suites) : 1838= ADA, 9 M 12

Rapport sur la demande des habitants du hameau de Gabachou ayant pour objet leur distraction de la commune de Freychenet et l’érection de leur section en commune distincte (Séance du Conseil Général du 28 Août 1876 : Mr Doumenjou est rapporteur)=ADA :  Zo 30-16

1737 : Réparation des églises de « Fraichinet », les « Gabachious », annexe de Fraichinet : 89 Livres 2 sols sont payés sur la succession de l’évêque de Verthamon (alors que pour Saint-Paul, l’évêque n’a donné que 16 Livres 2 sols 6 deniers) : ADA : G 69 (17)

Plans divers et dossiers: ADA 2 O 650 à 656 (mairie, écoles…)

http://portaildescommunes.cg09.fr

http://www.histariege.com/Le%20chemin%20de%20fer%20en%20Vallee%20de%20Lesponne.htm (Le chemin de fer en Vallée de Lesponne)

 

 

Célébrité :

Léon Galy : professeur, journaliste et homme de lettres, né à Freychenet le 5 avril 1882. Roman le plus connu, publié en 1931 : « La Lisa, fille de la montagne »

 

 

Livre de Reconnaissance de 1683 : ADA, 48 E supl CC1

 

 

Registre de catholicité le plus ancien : 1751

 

Ouverture de la Mairie : samedi de 9H à 12H

 

 

(Étude : J.J. Pétris)