Lapege

 

 

Lapége

 

 

Département de l'Ariège, Arrondissement de Foix, Canton de Tarascon sur Ariège

 

 

Altitude : 702 / 1805 m

Longitude : 1° 34’ 21’’ E

Latitude : 42° 48’ 03’’ N

(Carte: Conseil Général de l'Ariège)

 

- Démographie

- Approches historiques

- Patrimoine

- Célébrité

- Pour en savoir plus...

 

Surface: 829 ha

 

Démographie :

1806 : 429

1851 : 469

1856 : 443

1901 : 374

1921 : 238

1946 : 176

1968 : 84

1982 : 63

1999 : 34

2006: 30

 

“Laburath” (1182) ; « Laburaco » (1272) ; « Laburat » (1294) ; « La Pueya » en 1445 ;

« la Pége » (carte de Cassini)

Nom des habitants : Lapègeois et Lapègeoises

 

 

 

 

Approches historiques:

 

Site préhistorique (dolmen près du site celte d’Ortenac)

Selon A. Moulis, s’appelait”Onat” (lieu de passage): par le col de la Bène de la voie phénicienne, puis phocéenne et romain qui menait au « port » de Saleix et aux mines d’or et d’argent de Castel-Minier, connues depuis l’Antiquité.

 

La première mention retrouvée semble dater de 1182 : « Laburath », dans l’inféodation de la seigneurie de Quiè à la famille de Quiè

En 1272, lors du conflit entre le roi de France et le comte de Foix, nous trouvons « Laburaco » comme faisant partie du comté de Foix et en 1294, « Laburat » fait partie de la seigneurie de Quiè

Dans les registres de Jacques Fournier, Jean Duvernoy relève un hérétique habitant à Lapège.

 

Lors du dénombrement de 1390 selon de Dufau de Maluquer, Lapège comporte 10 feux

Au XIV, l’église (sous le vocable de St Paul) est annexe de Génat 

 

A la famille de Belpech à partir de la fin du XIVéme

Appartient à la châtellenie de Tarascon (bas Moyen Age)

 

Village disparu : Laburat (mentionné en 1182 et 1324)

Avant 1789, le lieu de justice était à Alliat ; mais avait un conseil politique de 12 membres et deux syndics qui exercent la police et la justice civile

 

Carte de Cassini (18° siècle)

 

En 1896, Lapège comporte 91 maisons, 81 ménages pour 382 habitants et deux instituteurs et un curé y exercent.

 

2 août 1904 : un incendie détruit la moitié du village.

Durant la seconde guerre mondiale, des granges de Lapège deviennent lieu de rassemblement d’évadés candidats au passage des Pyrénées  (lieu de halte)

 

NB : Selon François Baby : Saint-Jean de Laburat, dans l’actuelle commune de Lapège, fut une fondation des Hospitaliers de Capoulet et eut rang de paroisse jusqu’au 18ème siècle. A Lapège même, l’église Saint-Martin fut abandonnée en même temps que le village primitif d’Onat et l’église Saint-Paul bâtie avant 1534 à trois cents mètres de l’ancienne ; détruite à son tour entre 1653 et 1684 elle donna le vocable à une nouvelle église construite sur l’emplacement de Saint-Martin à la fin du 17ème siècle.

 

La commune se trouve dans le périmètre du Parc Naturel Régional des Pyrénées Ariégeoises

 

Pour ce qui est du religieux, Lapège dépend du doyenné de Haute Ariège et du secteur paroissial de Tarascon comprenant: Alliat, Arignac, Arnave, Banat, Bompas, Capoulet, Cazenave, Génat, Gestiès, Gourbit, Illier et Lamarade, Lapège, Lercoul, Mercus-Amplaing, Miglos-Norgeat, Niaux, Ornolac-Ussat, Quié, Rabat les trois seigneurs, Siguer, Surba, Vicdessos (Auzat, Goulier, Orus, Sem, Suc et Sentenac)

 

Municipales 2008:  51  inscrits

 

 

 

 

Patrimoine :

 

Église gothique (retable du 18éme), restaurée en 2001 (réparations en 1850: voir ADA 4 V 16)

« Croix cathare » dans le village

Dolmen ; pierre druidique

Architecture rurale caractéristique : maisons avec balcons de bois et fours à pains extérieurs ; rues pavées…

 

 

 

Célébrité :

Patrie du colonel Claustres, célèbre courrier de Napoléon, surnommé « Moustache »…

 

 

 

Pour en savoir plus…

 

« Pour une « Toponymie plurielle » : A la recherche d’Onat, Laburat et Suissat, villages disparus de la vallée du Vicdessos (Ariège) », Fr. Baby, dans BSA 1975

« Monographies ariégeoises en Sabarthès », Fl. Guillot, 1999

« Tarascon et son canton : d’un siècle à l’autre », Roger Latour, 2002

« De Tarascon à Vicdessos : d’un siècle à l’autre », Roger Latour, 2004

Plans divers et dossiers : ADA 2 O 747 à 750 (école, lavoir, église…)

 http://portaildescommunes.cg09.fr

 

Terrier : 1774

Cadastre napoléonien : 1840

Registre de catholicité le plus ancien : 1744

 

(Étude : J.J. Pétris)