Le Carla Bayle

 

 

Le Carla Bayle

 

 

Département de l'Ariège, Arrondissement de Pamiers ; Canton du Fossat

 

Altitude : 236 / 411 m

Longitude : 1° 23’ 37’’ E

Latitude : 43° 09’ 02’’ N

(Carte: Conseil Général de l'Ariège)

 

- Démographie

- Approches historiques

- Patrimoine

- Pour en savoir plus...

- Célébrités

 

 

Superficie : 3552 ha

 

Démographie :

1806 : 1476

1851 : 2030

1856 : 2011

1901 : 1324

1921 : 1012

1946 : 847

1968 : 602

1982 : 469

1999 : 645

2006: 722

DSCF0078.JPG (126877 octets)

 

 Étymologie : « Carlat » : lieu fortifié

"Lo Carla" en forme romane (Esquerrier)

 

 

Approches historiques :

 

("Carla le Comte" sur la carte de Cassini)

 

Occupation romaine (amphores trouvées à Mestrepey)

 

Le premier texte concernant le « Carlat » ou « Carlad » semble dater de 960 : l’évêque de Toulouse donne l’alleu du Carlat au comte Roger de Carcassonne.

 

Situé ensuite dans le Comté de Foix après le partage réalisé par le comte de Carcassonne, Roger Raimond donne, en 1098, à l’abbé de Lézat la moitié de l’église Ste Marie, appelée de Larnag, dans le ministerium de Dalmazan. En 1296, les Hospitaliers de Gabre y possédaient des biens (Malte H 1-14).

L’église de « Larnac » est mentionnée dans les textes de l’érection du diocèse de Rieux (1318)

L’église de st Geniès de Marens est donnée à l’abbé de Lézat , en 1094, par Bernard Guilhem. Puis, en 1140, se trouve dans les mains de l’abbé de St Antonin de Pamiers qui la cède à l’abbaye de Boulbonne qui y fonde un couvent de femmes de l’ordre de Citeaux. Cette église est ruinée en 1635.

 

Le comte de Foix en avait fait au 13éme, le siège d’une châtellenie comprenant Carla-Bayle, Castex, Le Fossat, Guignolas (au canton de Montesquieu-Volvestre), Loubaut, Méras, Monesple, Sieuras

            Les comtes de Foix accordent des privilèges aux habitants en les exemptant de leude et péage dans les terres dont les comtes étaient seigneurs. Un château avec ses remparts y est bâti…

 

 

1562 : présence d’une communauté protestante au « Carlat » qui devient place forte des protestants.

1566 : Les protestants du Carla  (et des environs) brûlent l’église dédiée à saint Jean Baptiste.

1569 : Le maréchal de Bellegarde (sénéchal de Toulouse) vient assiéger le Carla et incendie la ville qui sera reconstruite : Le Carla devient le symbole et le refuge des Réformés.

Avec l’aide du sire d’Audou, Le Carla est fortifié.

A partir de 1622, les troubles entre catholiques et protestants reprennent…

En 1627 : nouvelle prise du Carla par le duc de Rohan, un des chefs des « religionnaires ». Le 28 septembre 1633, l’ordre de démolition des remparts de la ville est donné.

« L’an 1634, au mois de janvier, le Roy ayant résolu le rasement et démolition des murs et fossez de Mazères, le sieur de Montagne fut député commissaire pour faire l’exécution dudit rasement, qui demeura imparfait, après lequel procéda, au mois de mars, aux démolitions des fortifications du Carla » (rapporté par J.J. Delescazes dans « Le Mémorial historique »)

En 1672, un dénombrement est réalisé sous Louis XIV (la communauté dépend directement du roi et les consuls rendent la justice en son nom): il y est dit que le Carla ne paie pas d'impôts sur la terre (ce qui est exceptionnel); il y est montré un pays ruiné par les guerres de religion; mention de la destruction du château et des églises, de la famine... (Conférence de Cl. Pailhès sur P. Bayle en mars 2006)

En 1683, un état des Catholiques et des Protestants est fait: on y dénombre 61 familles catholiques et 286 familles protestants pour une population de 778 habitants

A la révocation de l’Édit de Nantes (1685), Le Carla qui était majoritairement protestant connaît de nombreuses « conversions » (forcées). Il s’en suit la reconstruction d’une église.

La répression religieuse durera jusqu’à la Révolution (déclaration des Droits de l’homme et du citoyen et de la Liberté du Culte).

 

Dans l’état des justices seigneuriales, royales et municipales du Pays de Foix, il est dit que le roi bailla cette seigneurie à M. de Laloubère et que « le Carla est, par privilège accordé par les anciens comtes de Foix, exempt de leude et péage dans les terres dont les comtes étaient seigneurs ».

 

A la Révolution, le « Carlat del Comte » devient « Le Carlat le Peuple » (décret de la Convention Nationale du 1er Juin 1793) ; mais reprend le nom de « Carlat le Comte » à la Restauration.

L’ancien temple (protestant) est vendu comme bien national.

Le conflit latent entre protestant et catholiques prend fin avec le Concordat qui accorde le même statut aux catholiques qu’aux protestants.

 

Acte législatifs an VIII et an X : Carla le Peuple devient Carla le Comte, puis Carla-Bayle (décret 31 octobre 1879)

15 octobre 1801 (23 vendémiaire an X) : le canton du Carla le Comte est supprimé (transfert à celui du Fossat)

 

Foires : Sous le 1er Empire: 3 janvier, 3 février, 8 mars, 5 avril, 25 juin, 28 août, 18 octobre, 19 novembre

Il y avait 10 foires en 1811

 

Le10 août 1879, le conseil municipal décide de transformer le « Carla le Comte » en « Carla-Bayle » en mémoire « du célèbre philosophe auquel la commune a donné le jour ».

 

Au début du XXème siècle, deux instituteurs au Carla, plus un à Gailhard du Bosc et un autre à Canalès y exercent pour le Carla et ses  hameaux : Le Pigailh, Canalès, Gaillard du Bosc, Bellecoste, Bordenave ; De même, un curé et un pasteur y sont présents.

            NB : Statue de Pierre Bayle érigée à Pamiers en 1905…

 

NB : La commune de Carla-Bayle faisait partie de l’arrondissement de Pamiers en 1801 ; puis passe à celui de Foix en 1926 ; enfin dans celui de Pamiers en 1942

 

Pour ce qui est du religieux, Le Carla Bayle dépend du doyenné de Pamiers et du secteur paroissial de Lézat sur Lèze comprenant: Artigat, Bajou, Castèras, Lanoux, Loubens, Cazaux, Montégut-Plantaurel, Pailhès et Menay, Le Fossat, Carla-Bayle, Sainte-Suzanne, Sieuras, Villeneuve du Latou, Lézat, Saint-Ybars, Durfort et les villages de Castagnac, Massabrac, Canens, Latrape, Bax et Lapeyrère du diocèse de Toulouse (département de la Haute-Garonne) qui font partie du secteur de la Lèze

 

Municipales 2008: 477 Inscrits

 

 

 

 

 

Patrimoine :

 

 

L’église actuelle est édifiée en 1687 sur les ruines du château

Le Temple (classé Monument historique le 30 septembre 1992): confisqué en 1685 ; vendu à la Révolution (1791) ; racheté et reconstruit en 1894 (temple à tribunes). L'édifice est construit sur l'emplacement du premier temple qui devient grange du curé lors de la Révocation de l'Édit de Nantes avant d'être reconstruit au 19ème siècle.

                                 

Musée Pierre Bayle : inauguré le 18 novembre 1989 par Lionel Jospin (ministre d’état), dans la maison natale du philosophe : Vie et œuvre de Pierre Bayle ; mais aussi, histoire du protestantisme au XVIIéme et XVIIIIéme siècles.

   

Place de l'Europe avec sa fontaine et le globe consacré à Pierre Bayle "Je suis citoyen du monde"

Vieux moulin

Remparts du 12éme siècle (table d’orientation)

Maisons à colombages

Ruines d’un château à Gélis

Monument aux morts:

 

Fontaine de la "Maternité assisse" (sculpteur Volti)

Défilé de Jambonnet où l’armée du maréchal de Thémines fut arrêtée par 7 protestants.

Lac créé en 1993 sur une superficie de 15 hectares.

 

 

 

Pour en savoir plus…

 

« Mémorial historique », J.J. Delescazes

« Le Carla-Bayle, mémoire d’un village ariégeois », L. Ribaute et F. Sans, 1994

« L’abbaye de Marens et l’église de Saint-Genies », C. Barrière-Flavy : BSA 1902

 « Les gens de guerre au Carla-Bayle en 1654 », Robert F. : BSA 1906-1908

BSA 1907

« Le Carla Bayle, Les Bordes/Arize et Sabarat à la belle époque », recueil de cartes postales, 1984 (Syndicat d’Initiative du Carla-Bayle)

 

Bibliographie de travaux relatifs à Pierre Bayle: BSA 1966

« Pierre Bayle, sa vie, ses idées, son influence, son œuvre », Albert Cazes, 1905

« La jeunesse de Bayle », Paul André, 1953

"Pierre Bayle. Du pays de Foix à la cité d'Érasme", Elisabeth Labrousse, 1985

« Pierre Bayle, enfant de l’Ariège, citoyen du monde », Office du Tourisme du Carla-Bayle, 1996

"Pierre Bayle", Hubert Bosc (Fayard), 2005

 

Plans divers et dossiers: ADA 2 O 427 à 431 (écoles, reconstruction du clocher en 1870 et reconstruction du temple en 1881,…)

 

 

 

 

Célébrités :

 

 

Pierre Bayle :

Écrivain et philosophe (né au Carla-Bayle en 1647 et mort à Rotterdam en 1706). Auteur d’un « Dictionnaire historique et critique » où sont surtout traitées des questions de théologie et d’histoire religieuse, dans un esprit de scepticisme critique et de tolérance.

    

Le « Dictionnaire » eut une influence considérable sur les philosophes du 18ème siècle (outre l'érudition, on y retrouve les grands thèmes de P. Bayle: tolérance, esprit critique, lutte contre les superstitions...)

 

Résumé ¨de la vie de Pierre Bayle:

 

18 novembre 1647: Naissance de Pierre Bayle au Carla. Son père est pasteur; Deux frères (Jacob, né en 1644 et Joseph, né en 1656).

 

Novembre 1668: Quitte pour toujours Le Carla pour des études à l'Académie réformée de Puylaurens puis au coll_ge des jésuites de Toulouse.

19 mars 1669: conversion au catholicisme (bourses de l'évêque de Rieux)

1670: Bayle renie le catholicisme... et part pour Genève (études de théologie qu'il abandonne pour survivre, rencontres...)

1675: études de philosophie à Sedan; rencontre avec le théologien Jurieu; professeur de philosophie

 

1681: Exil en Hollande (professeur à Rotterdam jusqu'en 1693)

 

1682: Publication de "Lettre sur la Comète", puis de "Critique générale de l'histoire du calvinisme de M. Maimbourg"

1684: Rédacteur d'un périodique: "Les Nouvelles de la République des Lettres": Notoriété européenne...

1685: Publication de "Nouvelles lettres sur l'histoire du calvinisme"

(1685: Son frère, Jacob, est arrêté et mis en prison à Pamiers, puis Toulouse, enfin à Bordeaux où il meurt)

1686: "Ce que c'est que la France toute catholique"; "Commentaire philosophique"

 

A partir de 1691: Problèmes liés à sa conception politique (pouvoir face à la cohabitation des religions) et son adversaire devient Jurieu. Il doit quitter l'enseignement, mais, sous la protection d'un éditeur, édite "Le Dictionnaire historique et critique" qui connaît un succès considérable... (une bibliothèque à lui tout seul, mais où transparaissent ses thèmes favoris dont la tolérance...). D'autres publications reprendront celles déjà publiées en les complétant, ainsi que "Réponse aux  Questions d'un provincial"

 

28 décembre 1707: Mort de la tuberculose de Pierre Bayle

 

Depuis peu…, Laurent Fabius y possède une maison de vacances.

 

 

 

Sites Internet 

http://www.photosariege.com/album-1034087.html (Photos)

http://www.carla-bayle.com

http://portaildescommunes.cg09.fr

 

Terrier : 1403 (ADHG),  1683

 

Armorial (1697) : De gueules, à un lion d’or

 

Registre paroissial le plus ancien:1673

 

 

(Étude : J.J. Pétris

Photos: J. Guérola et J.J. P.)