Luzenac

 

 

 

 

Luzenac

 

 

Département de l'Ariège, Arrondissement de Foix, Canton de Les Cabannes

 

 

Altitude : 594 / 2247 m

Longitude : 1° 45’ 49’’ E

Latitude : 42° 45’ 50’’ N

(Carte: Conseil Général de l'Ariège)

 

- Démographie

- Approches historiques

- Patrimoine

- Célébrité

- Pour en savoir plus...

 

 

Surface : 2643 ha

 

Démographie :

1806 : 332

1851 : 504

1856 : 461

1901 : 420

1921 : 507

1946 : 464

1954 : 785

1968 : 956

1982 : 807

1999 : 631

2006: 643

 

 

Approches historiques :

 

La mention de Luzenac la plus lointaine semble dater de 1074 : le comte de Foix fait donation de la « villam de Lusinac » à l’abbaye de Cluny

En 1244 : Serment de Guillaume Bernard de Luzenac au comte de Foix pour Luzenac et son « castrum ». Il ne reste plus rien de ce château qui n’est plus mentionné au 14éme. Il était situé au lieu dit « Castella » (200 m après le pont, sur un mamelon)

 

Dans les registres d’inquisition, nous trouvons, en 1309, la confession pour crime d’hérésie du clerc de Luzenac, Pierre de Luzenac (La famille de Luzenac apparaît au milieu du 13éme  jusqu’à la fin du moyen Age)

Dans le dénombrement du Comté de Foix réalisé en 1390, Luzenac comporte 22 feux (ce qui ferait selon la règle de Voltaire, 99 habitants). Dans ce document, y est mentionné l’un des 59 moulins du Pays de Foix. A ce moment, Guilhem Bernat de Luzenac, seigneur de Luzenac est capitaine de la ville de Foix

Un hommage de 1402 donne à Pons de Villemur les possessions de Saint Paul, Belmont, Urs, Vaychis, Ascou, Sorgeat, Luzenac et Siguer, Larnat, Bonnac, le Port de Saverdun, Verniolle. (Hommage à Archambaud et à Isabelle, comte et comtesse de Foix : ADA, E 422)

Tout naturellement, la seigneurie de Luzenac ressortissait de la châtellenie de Lordat en 1450

Le 1er Octobre 1488, Ramond de Miglos, seigneur de Luzenac, bailla à fief à Arnaud Peyre, la forge de Sortadel (au sud de Luzenac), avec ses dépendances et droits divers moyennant une redevance. Les restes de cette forge furent retrouvés lors de la construction de la ligne du chemin de fer de Tarascon à Ax (emplacement de l’usine à talc).

 

Au 18éme : Louis Gaspard de Salles (le « roi des Pyrénées », de Château-Verdun) en est seigneur.

A noter que la carte de Cassini, confectionnée au milieu du 18éme, mentionne Sourtadeil (mentionné en 1272 lors de l’établissement des possessions du comte de Foix, alors en conflit avec le roi de France) : ce village a disparu (actuellement l’usine de talc). Selon François  Baby : La construction de la chapelle du hameau de Sourtadeil fut mener à bien par la veuve du seigneur du lieu malgré l’interdiction de Mgr de Caulet

 

Après délibérations du conseil municipal de 1841, l’église est transformée, agrandie, exhaussée par l’abbé de Roquelaure; des chapelles furent ouvertes (1862). Le clocher est terminé en 1842. Une cloche de 550 Kg fut achetée

 

 

En 1896, Luzenac comporte 104 maisons, 113 ménages pour 379 habitants.

Avant l’essor des carrières de talc, Luzenac était connu pour ses ardoisières

 

Luzenac est jumelée avec Lassing (en Styrie, Autriche)

 

Pour ce qui est du religieux, Luzenac dépend du doyenné de Haute Ariège et du secteur paroissial de Luzenac comprenant: Luzenac, Axiat, Appy, Caussou, Bestiac, Caychax, Senconac, Garanou, Vernaux, Lordat, Unac.

 

 

 Municipales 2008:   452  Inscrits

 

Luzenac, c'est aussi, son équipe de football qui évolue pour la saison 2009-2010 en Nationale...!

Créée en 1936, l'Union Sportive Luzenac avait déjà accédé au championnat de France amateur (2004-2005) avant d'être champion de France de CFA (saison 2008-2009, d'où son accession en Nationale)

 

 

 

Patrimoine :

 

- Église (vocable : St Martin) : clocher à 12 pans, portail roman, intérieur à 3 nefs (église construite sous Mgr de Caulet et terminée en 1656, annexe de la paroisse de Garanou); Construction de la voûte et du porche: voir ADA 4 V 17

- Source de la Fontroune

- Pont : mentionné au début du XIVéme

 

- Carrière de Trimouns :

 

CabannesCorniche01 009.jpg (125244 octets)

Usine du Talc

La plus grande carrière de talc au monde (à 1800 m d’altitude) : 430 000 T de talc produit par an (10 % de la production mondiale) 

Talc :

7 à 8 T de roches stériles pour 1 T de talc

Il n’y a plus de tri manuel => mécanique

A 1600 m d’altitude ; 5 km de téléphérique

Chaque benne : 1 T 5

Séché et broyé plus ou moins gros selon utilisation

Les carrières se situent sur les communes de Lordat, Vernaux, Bestiac, Axiat (projet d’extraction sur Montségur).Téléphérique long de 5 Km.

Découvert dans les années 1820-1830 par des âniers ariégeois.

Vers 1845, un peintre toulousain, Jacques Durand, rachète et exploite les gisements du col de Trimouns (400 Frs les 4000 ha)

1888 : vente des gisements et des moulins ; production : 800 T/an

1909 : 25000 tonnes de talc mis en poudre par mois (descendu à Luzenac par câble aérien  aux usines de broyage près de la gare)

1905 : Création de la Société des Talcs de Luzenac

1922 : 50 000 T/an pour arts et peintures en particuliers, papeteries, mastics, apprêts, produits de beauté, droguerie, industrie

1er février 2006: Le groupe Luzenac devient "Rio Tinto Minerals - Luzenac Opérations"

Emploi sur le site de Luzenac en 2005: Effectif permanent = 297; Effectif saisonnier = 106

 

                      

Photos: Photothèque Talc de Luzenac France (aimablement communiquées à Histariège)

 

Chiffres-clés 2007:

392 000 tonnes vendues; 94 millions d'euros de chiffre d'affaires; 272 salariés permanents (au 31/12) auxquels sont ajoutés 75 salariés saisonniers (d'avril à octobre); 4,8 millions d'euros de retombées locales provenant des impôts locaux payés par la TLF (Taxe professionnelle + taxes foncières + dotations de l'État); âge moyen des salariés: 44 ans

 

 

Célébrité :

Jean Michel : peintre (Luzenac, 1659- Toulouse, 1709) ; Entre à Paris dans l’atelier de François de Troy (3 ans) ; Peintre officiel de la ville de Toulouse (contrat du 6 novembre 1694) ; perd sa place pour avoir giflé un capitoul… Meurt à 50 ans dans la misère…

Décorations de l’Hôtel de ville de Toulouse ; portraits de capitouls ; divers tableaux dont les « Noces de Cana » (musée des Augustins de Toulouse)

 

 

Pour en savoir plus…

 

"L'épopée du Talc de Luzenac", 2005

« L’épopée du talc », G. Castroviejo

« L’église de Luzenac », de Lahondes, Sem. Du dioc. De Pamiers, 23 août 1884

« Histoire des Talcs de Luzenac », Pierre Mercier, Lacour, 2003

 « Monographies villageoises en Sabarthès », F. Guillot, Lacour 1999

Jean Michel, peintre : BSA 1892, P. 206…

Ordonnance de visite de l’église du 24 mai 1696: ADA, G 59

Carrières de talc de Luzenac (1898-1927): ADA, 8 S 540

« Jean Michel, peintre, né à Luzenac des Cabannes », abbé Gardes, BSA 1893

« Jean Michel, peintre : nouveaux renseignements », abbé Gardes, BSA 1895

Carrières de talc de Luzenac. 1898-1927 : ADA, 8 S 540

Plans divers et dossiers aux ADA : 2 O 878 à 883 (école, église, eau…)

 

 

Sites Internet:

 

 http://portaildescommunes.cg09.fr

www.luzenac.com/talcdeluzenac

http://www.ariegenews.com/news/news-2-3-406.html (Sur le peintre Jean Michel)

http://www.photosariege.com/album-1148732.html (Photos sur les carrières de Trimouns)

 

Terriers, 1693 ; 1772, 18éme

 

Plan napoléonien : 1829

 

Registre paroissial le plus ancien : 1673

 

 

(Étude : J.J. Pétris

Photo: J. Guérola)