Montardit

 

 

 

 

Département de l'Ariège, Arrondissement de Saint Girons, canton de Sainte Croix-Volvestre

 

 

Altitude : 340 / 564 m

Longitude : 1° 11’ 40’’ E

Latitude : 43° 04’ 08’’ N

 

(Carte: Conseil Général de l'Ariège)

 

 

 

Surface : 726 ha

 Une partie de la commune de Montardit a été soustraite pour former la commune actuelle de Lasserre par la loi du 27 février 1888

 

Démographie :

1806 : 712 (Montardit et partie de Lasserre)

1851 : 828

1856 : 762

1891 : 509 (Montardit moins Lasserre)

1921 : 334

1946 : 262

1968 : 202

1982 : 163

1999 : 145

2006: 171

 

 

Approches historiques :

 

La découverte d’une pièce de monnaie romaine en septembre 1885 semble démontrer l’ancienneté du site.

 

Montardit est l’une des rares communes de l’actuel département de l’Ariège, où au Moyen Age l’on sait que l’évêque (alors de Toulouse) possédait au temporel la moitié  des revenus de cette localité, ce qui fut à l’origine de très longs conflits avec le comte de Comminges et les familles locales (celles de Montégut).

 

Domaine de l’évêque du Couserans, passé en Languedoc royal par l’hommage du prélat en 1256, Montardit est une ancienne bastide fortifiée.

Généralité de Toulouse ; diocèse de Rieux

 

Comme bien des localités de la contrée, la ville est dévastée par les protestants en 1569 avant d’être rachetée par la famille Foix-Fabas.

1583 : La moitié de la seigneurie qui est à l’évêque de Couserans est mis en vente : revenu : 84 L 17 s. Après mise ne enchères, ledit Cabaldy se l’adjuge

 

Carte de Cassini (18° siècle)

 

A signaler qu’une partie de la commune de Montardit et du hameau de Laserre, ainsi qu’une partie de la commune de Tourtouse, deviennent commune distincte sous le nom de Laserre (Conseil Général, session de 1876)

 

La spécialité de Montardit sera longtemps la fabrication de douelles de châtaignier, de tonneaux et de sabots.

Au début du XXème siècle, deux instituteurs et un curé y exerçaient.

 

  La commune se trouve dans le périmètre du Parc Naturel Régional des Pyrénées Ariégeoises

 

Pour ce qui est du religieux, Montardit dépend du doyenné du Couserans et du secteur paroissial de Sainte Croix Volvestre comprenant: Sainte-Croix Volvestre, Contrazy, Lasserre, Mauvezin de Sainte-Croix, Mérigon, Montardit

 

 

Anecdote :

Le dernier survivant (Pierre Picard) de Reichshoffen (défaite de Mac-Mahon par les Prussiens, le 6 août 1870 : célèbre charge des cuirassiers français) serait mort en 1870 à Montardit (maison à colombage de la rue centrale)

 

 

Municipales 2008:   193 inscrits

 

 

 

 

Patrimoine :

 

Chapelle ND de la Goutte, construite par l’abbé Piquemal avec un maçon (construit de 1968 à 1993) ; Inauguré en 1976 par Mgr Soulier

                            

Église St Eutrope: restaurée en 1990, 91, 92 ; Bénitier église en pierre taillé (grenouille en relief dans le fond de la vasque : début 17éme) ; flèche du clocher de 33m ; Cloche : 1636

« Enceinte fortifiée »

Porte de l’entrée du village de Montardit (fond de la rue principale) : voûtée, avec une maison à colombage…

Maison du successeur du curé J. Cabibel, l’abbé Sistac : peinture du balcon par Vaillant-Couturier

 

 

 

 

Célébrité :

J. Cabibel : curé républicain (affiche ouvertement ses sentiments sous Mac Mahon) et poète : « Sonnets gastronomiques », 1898. Mais connu surtout par : « Le coup de clairon », Toulouse, 1878, 48 pages

 

En 1893, on chasse Cabibel qui part à Soulan (Buliech, annexe de Soulan) où il meurt (surveillé jusqu’à son dernier soupir…)

Anecdotes le concernant :

Un jour, Cabibel arrive  à Soulan avec une cape rouge, en habit bleu et cheval blanc

Cabibel avait une maîtresse à Montardit : ils s’injuriaient dans l’église durant les sermons ; quand elle est morte, Cabibel n’a pas voulu lui mettre le catafalque

 

- Jean-Marie Pïquemal: curé de Montardit, constructeur de la chapelle ND de la Goutte

 

 

 

 

Pour en savoir plus…

 

« Les églises du Couserans au XVIIIéme siècle d’après les ordonnances de Monseigneur de Verceil », J. Boulhaut, BSA 1972

Abbé Cabibel, curé de Montardit : « Petit dictionnaire gascon-languedocien-français » (prix en 1886)

J. Cabibel, dans « République de l’Ariège » de 1881, sur la révolution à Montardit

Abbé Cabibel : « Cloches de Montardit et de Saint-Pierre de Soulan » ; S.C.D.P., 1903

Annonce de la vente de la moitié de la coseigneurie de Montardit (biens de l’évêché) en 1583 : ADA, G 11, P. 29

Église St Eutrope : Réparations pour 296 livres 10 sols, 1781 : ADA, G 13

Plans divers et dossiers aux ADA : 2 O 1015 à 1017 (écoles, réparations à l’église de 1890, eau, …)

 

 

Sites Internet :

www.cc-volvestre-ariegeois.com

http://www.parc-pyrenees-ariegeoises.fr/IMG/pdf/volvestre_light.pdf (Étude du CAUE)

 http://portaildescommunes.cg09.fr

 

 

 

Terrier : 1679

 

Registre paroissial le plus ancien : 1690

 

(Étude : J.J. Pétris)

 

Il faut le dire :

L’Association Histariège remercie la commune pour son soutien dans la réalisation de son projet