Quié

 

Quié

 

 

Département de l'Ariège, Arrondissement de Foix, Canton de Tarascon sur Ariège

 

Altitude : 475 / 1040 m

Longitude : 1° 35’ 39’’ E

Latitude : 42° 50’ 45’’ N

 

(Carte: Conseil Général de l'Ariège)

 

- Démographie

- Approches historiques

- Patrimoine

- Pour en savoir plus...

 

 

 

Superficie : 251 ha

 

Démographie :

1806 : 203

1851 : 437

1856 : 411

1901 : 365

1921 : 272

1946 : 278

1968 : 236

1982 : 226

1999 : 346

2006: 349

 

Étymologie : Ker: falaise; (Pour Castillon d’Aspet : « signifie prêtre du Gui »)                  

« Cher », « Keir », « Quer », « Chern »

Nom des habitants : Quiétois et Quiétoises

 

 

Approches historiques :

 

Cette petite commune, qui de nos jours, semble faire partie de la commune de Tarascon fut un fief parmi les plus anciens et les plus puissants du Comté de Foix.

 

Site préhistorique

En 1924, des fouilles sont menées dans les ruines du château de Quié : on y découvrit des vestiges de la période gallo-romaine et de l’époque wisigothique

 

Le village,  chef lieu d’une châtellenie, est cité en 1126 (le château est déjà construit : 1ère mention en 1133)

Cependant, selon Fl. Guillot, la seigneurie reste proche du pouvoir carcassonnais et ne passe à la suzeraineté fuxéenne qu’entre 1130 et 1165

 

1133 : mention du « castro de Cher », dont la moitié est donnée au comte de Foix et l’autre moitié aux descendants d’Arnaud de Cher, avec obligation d’en faire hommage au comte de Foix.

"Roger III se vit instituer en 1133 héritier d’Arnaud de Quié qui lui donna la moitié de son château et de la seigneurie du lieu et rendit l’autre à sa famille ; en 1195, les héritiers d’Arnaud donnèrent au comte leur part du marché de Quié." (Cl. Pailhès dans « Le comté de Foix, un pays et des hommes », p. 123)

14 janvier 1159 : Arnaud de Cher (Quié) rend hommage au comte de Foix pour les châteaux d’Egenad (Génat) et de Cher (Quié)

1182 : Roger Bernard, comte de Foix, redonne à la famille de Quié la seigneurie qu’Arnaud de Cher lui avait donnée en 1133, plus d’autres biens (Sentenac, le château de Génat, Arconac…)

1183 et 1186: les papes mettent sous leur protection les pâturages des montagnes de Quié appartenant à l’abbaye de Boulbonne.

1195 : mention du château de Quié

1211 : Simon de Montfort s’empare du château

19 mars 1243 : hommage au comte de Toulouse Raymond VII par Roger III de Comminges pour le château de Quer (Quié) qui épouse la même année la fille héritière d’Arnaud d’Espagne

Roger III de Comminges, vicomte de Couserans, rend hommage au comte de Toulouse Raymond VII, le 19 mars 1243, pour le château de Quié

Mise en cause d’habitants et de notables dans l’hérésie cathare

 

1267 : le château de Quié est possédé par Arnaud d’Espagne, vicomte de Couserans, beau-frère du comte de Foix.

1272 : le château de Quié fait partie du comté de Foix ; mais est entre les mains du vicomte du Couserans, Arnaud d’Espagne qui devra le rendre en 1280 au comte de Foix

1294 : La seigneurie de Quié comprend : Quié, Florac, Banat, Surba,, Larnat, Niaux, Alliat,, Auzat, Lercoul, Génat, Aulos et d’autres lieux

 

En 1390 « Quier » comporte 7 feux (soit 35 habitants selon la règle de Voltaire)

 « Lo castel de Quier, ab la villa del castel de Quier »

 

La châtellenie comprend dans le texte d’Esquerrier (1446): Aliat, Niaux, Arignac, Aynat, Banat d’en Bas (commune de Bédeilhac et Aynat), Banat d’en haut (Commune de Bédeilhac et Aynat), Bédeilhac, Capoulet, Florac (commune de Surba), Génat, Gestiès, Gourbit, Junac (commune de Capoulet et Junac), Lapujade (commune de Niaux), Lercoul, Quié, Rabat, Saurat, Siguer, Surba, Suilhac (commune de Siguer)

 

1772 : Inondation qui détruit l’église de Quié qui est succursale de Tarascon (une demande de reconstruction a bien été demandée, mais elle resta sans suite)

 

Bulletin des Lois, 7 messidor an II :

Les communes d’Ornolac, Quié, Arignac, Bompas, Arnave sont supprimées et réunies à Tarascon, district du même nom, pour ne former qu’une seule municipalité.(Détachées depuis…)

 

En 1896, Quié comporte 43 maisons, 43 ménages pour 165 habitants

 

La commune se trouve dans le périmètre du Parc Naturel Régional des Pyrénées Ariégeoises

 

Pour ce qui est du religieux, Quiè dépend du doyenné de Haute Ariège et du secteur paroissial de Tarascon comprenant: Alliat, Arignac, Arnave, Banat, Bompas, Capoulet, Cazenave, Génat, Gestiès, Gourbit, Illier et Lamarade, Lapège, Lercoul, Mercus-Amplaing, Miglos-Norgeat, Niaux, Ornolac-Ussat, Quié, Rabat les trois seigneurs, Siguer, Surba, Vicdessos (Auzat, Goulier, Orus, Sem, Suc et Sentenac)

 

Municipales 2008:   284 inscrits

 

 

 

Patrimoine :

Grotte de Sacany

Ruines du château de Quié : (Description et plan dans « Monographies villageoises en Sabartès », Fl. Guillot, 1999). En 1924, des fouilles ont démontré que ce site était habité à la période gallo-romaine. Voir: http://www.paysdetarascon.com/chateau.htm

Commune sans église

 

 

Pour en savoir plus…

 

« Jacques Fournier », J. Duvernoy

« Monographies villageoises en Sabartès », Fl. Guillot, 1999

« Le château de Quié », M. Cire, Bul. Du Spéléo club du Haut Sabarthès, 1979

« La montagne de Quié, un enjeu de plusieurs siècles de contestations et de procès  (1435-1859)», Ch. Garrigues, BSA 1977

« Fouilles au château de Quié », Vidal, BSA 1925

« L’Ariège et ses châteaux féodaux », A. Moulis

Plans divers et dossiers: ADA 2 O 1275 à 1279 (école, halle, eau…)

 

 http://portaildescommunes.cg09.fr

 http://www.paysdetarascon.com/chateau.htm (Château de Quié)

 

 

Terrier, 1744

 

Registre d’état civil le plus ancien : An II

 

 

(Étude : J.J. Pétris)