St-Ybars

 

Saint Ybars

 

 

Département de l'Ariège, Arrondissement de Pamiers, Canton de Le Fossat

 

Altitude : 213 / 334 m

Longitude : 1° 23’ 09’’ E

Latitude : 43° 14’ 16’’ N

(Carte: Conseil Général de l'Ariège)

 

- Démographie

- Approches historiques

- Patrimoine

- Célébrités

- Pour en savoir plus...

 

 

 

Superficie : 2431 ha

 

Démographie :

1806 : 2477

1851 : 2331

1856 : 2380

1901 : 1616

1921 : 1354

1946 : 1148

1968 : 654

1982 : 461

1999 : 561

 

Étymologie : « Villa Sancti Eparcii » (nom du moine Eparcius, mort au 6éme siècle à Angoulême)

Au 18éme : Nom latin de la paroisse :   « Sanctus Ybarcius » 

Nom des habitants : Eparchois et Eparchoises

 

 

Approches historiques :

 

Présence d’un habitat gallo-romain (découverte en 1752 de monnaies romaines appelée le « trésor de Foix »)

Le comte de Carcassonne Arnaud (et sa femme Arsinde) fait don à l’abbaye de Lézat dès 944 de l’église et de terres à Saint-Ybars (alleu) qui devient prieuré. De même, l’église dite Saint-Pierre de Padern (disparue) est donnée à l’abbaye qui y installe des moines (l’édifice existait encore en 1630). C’est ainsi que Saint-Ybars appartiendra durant 8 siècles à l’abbaye de Lézat.

« On raconte que les albigeois, après une résistance opiniâtre de la part des habitants de la ville, s’en emparèrent, passèrent au fil de l’épée les femmes, les enfants et les vieillards : mais les jeunes gens et les guerriers se retirèrent dans le château emportant avec eux les objets les plus précieux, et s’y défendirent avec tant d’opiniâtreté que l’ennemi se vit obligé de leur accorder une capitulation honorable » (Annuaire de 1909)

 

Un pariage est conclu en 1241 entre l’abbé de Lézat (Pierre de Dalbs) et le comte de Foix : il est décidé de fonder une ville murée appelée Sauveterre de St Ybars (bastide), qui sera implantée non loin du lieu d’origine: ce serait la première bastide fondée en Pays de Foix selon Cl. Pailhès qui ajoute que l’abbé de Lézat donnait au comte le droit de construire une forteresse à Saint-Ybars (« Le comté de Foix, un pays et des hommes », p. 37)

 

Le 11 septembre 1242, une charte de coutumes est accordée aux habitants  présents et futurs de la forteresse et de la ville de Saint-Ybars précisant les droits de chacun (HGL). Charte des coutumes renouvelées  en 1393 et confirmées en 1578 par le comte de Foix, roi de Navarre, le futur Henri IV

 

Mais le vieux nom de Saint-Ybars  prendra le dessus sur celui de Sauveterre. Prend le rang de châtellenie.

 

En 1390, « Sentibartz » représente 259 feux et 5 moulins pasteliers y sont signalés. L’abbé de Lézat y a une maison, une métairie

Chef-lieu de châtellenie en 1450 comprenant Durfort (avec Villeneuve du Latou), Lézat, Sainte-Suzanne, Saint-Ybars

La paroisse dépend pour le temporel de Foix et mise sous le patronage de l’abbé de Lézat 

Suivant un privilège de l’an 1400, la justice civile était exercée alternativement par le juge de l’abbé de Lézat et par le sénéchal de Pamiers, pour ne l’être qu’au nom de l’abbé avant la Révolution. En 1765, il est rappelé que le roi et l’abbé de Lézat sont co-seigneur de Saint-Ybars, c’est en leur nom que se rend la justice. Le siège de justice seigneuriale qui se rend dans la maison du greffier ; la justice est rendue au nom de l’abbé de Lézat qui nomme un juge. La justice municipale se rend dans l’hôtel de ville. Les consuls ont droit d’avoir des robes et chaperon mi-partie rouge et mi-partie noire. Le conseil de ville est composé de 32 conseillers 

1568 : dévastation par les Protestants.

A la Révolution s’appelle Montibars

 

Le 15 octobre 1801 (23 vendémiaire an X) : St Ybars passe du canton de St Ybars (qui vient d’être supprimé) à celui du Fossat

En 1896, Saint-Ybars comprend 439 maisons pour 454 ménages et 1774 habitants

Au début du XXème siècle, cinq instituteurs y exerçaient pour Saint-Ybars et ses hameaux : Escayre, Blansac, Sainte-Suzanne, Bélinguier

 

Sainte Suzanne appartenait à la commune de Saint Ybars jusqu’à l’arrêté préfectoral du 18 septembre 1948 qui en fait une commune distincte.

 

NB : La commune de Sainte-Ybars faisait partie de l’arrondissement de Pamiers en 1801 ; puis passe à celui de Foix en 1926 ; enfin dans celui de Pamiers en 1942

 

Pour ce qui est du religieux, Saint-Ybars dépend du doyenné de Pamiers et du secteur paroissial de Lézat sur Lèze comprenant: Artigat, Bajou, Castèras, Lanoux, Loubens, Cazaux, Montégut-Plantaurel, Pailhès et Menay, Le Fossat, Carla-Bayle, Sainte-Suzanne, Sieuras, Villeneuve du Latou, Lézat, Saint-Ybars, Durfort et les villages de Castagnac, Massabrac, Canens, Latrape, Bax et Lapeyrère du diocèse de Toulouse (département de la Haute-Garonne) qui font partie du secteur de la Lèze

 

 

 Municipales 2008:   518  Inscrits

 

 

 

 

Patrimoine :

 

 

Maisons à colombages

 

Lac de Burret de 7 ha 

Vue panoramique sur la vallée de la Léze et la chaîne des Pyrénées

 

Pont sur l’Arize : Construit en 1765 (payé pour moitié par la communauté de Saint-Ybars et par le Comté de Foix pour l’autre moitié)

Chapelle de Saint Sernin

Eglise dédiée à saint Eparche du 13éme, 16éme (arcades, menuiseries, sculptures; Chapelle Ste Anne avec ses peintures murales du 14éme et son inscription qui portait la date de 1367, découvertes en 1961) ; Cloche (1597) ; Modifications de la tour-clocher en 1535 (tour octogonale). Monument Historique : 11/12/1989

Clocher - donjon de Saint Ybars

 

Église Saint Ybars

 Une église avait été donnée en 944 à l’abbaye de Lézat, construite à Saint Ybars le Vieux. L’édifice actuelle fait partie de Saint Ybars le Neuf, ou Sauveterre Saint Ybars né de l’acte de paréage de 1241 entre l’abbé de Lézat et le comte de Foix. Cette sauveté, entourée d’une enceinte, s’organisa autour d’une église existante qui fut agrandie au XVI° siècle. Elle avait été aménagée au XIII° pour participer à la défense, ce que confirme l’épaisseur des murs côté fossé. Le por­tail en pierre inspiré de l’art musulman, à deux simples piédroits reliés par un arc polylobé, donne l’illusion d’un roman tardif. Le clocher de grès, carré à la base et anté­rieur au XIII° siècle se poursuit octogonal sur trois étages. Les baies sont en triangle avec colonnettes et, au dernier étage, des colonnes basses soutiennent un toit plat en tuiles qui couvrait la guette.

 

Il fallut un arrêt du Parle­ment de Toulouse en 1524 pour que l’abbé élargisse la nef, construise les arceaux en ogive, accole aux contre­forts des pilastres ornés de chapiteaux et exhausse la tour.

 

Des stalles prouvent le rang de prieuré de Lézat tenu par cette église.

Dans la chapelle Sainte-Anne, longtemps fermée, sont peintes des scènes de style gothique consacrées à la vie de la Vierge.

 (Cl. Aliquot, Conservateur des Antiquités et Objets d’Art de l’Ariège, Docteur en histoire)

 

Fresques gothiques (datées de la fin du XIVème) : découvertes par le couple Boulhaut en 1961 (dans la chapelle Ste Anne de l’église qui était, jusqu’alors murée). Restauration en 1987 et en 1999

 

Mairie : les pierres de l’ancien château fort qui subsista jusqu’au XIXéme  ont servi à sa construction

 

Mairie

Monument aux Morts: (place): statue en pierre «un soldat debout, au repos en tenue de combat, ses deux mains reposant sur le canon de son fusil». Auteur: E.P Benet, 1922 (Monument Historique depuis le 6 août 2007)

 

Églises disparues :

Église Saint Simon (ou Siméon ou Sigismond) : Mentionnée en 1075, en 1100 (cartulaire de Lézat). En ruines en 1630.

Église Saint-Jean de Serres : mentionnée en 1245 (don à l’abbaye de Lézat), et dans le terrier de 1680. Disparue.

Le cartulaire de Lézat mentionne encore l’église de Padern, l’église de St Sernin

 

Fontaine (entrée du village)

 

 

 

Célébrités :

- Pierre de Donnault, né à St Ybars le 9 avril 1553, nommé évêque de Mirepoix en 1587 ; son neveu, Pierre de Donnault fut aussi évêque de Mirepoix en 1610

- Isidore de Latour dit Latour de Saint-Ybars, poète, historien et auteur dramatique (né et mort à St Ybars (1809-1891)

 

 

Pour en savoir plus…

 

Cartulaire de Lézat

« Monographie de l’église de St Ybars » : abbé J.M. Baby (1934)

« Servage, paréage et autres institutions à Lézat et à St Ybars (11°-16°) », F. Pasquier : BSA 1920

« L’église et les fresques de St Ybars », J. Boulhaut : BSA 1962 P. 17

« Un épisode des guerres religieuses du XVIIème siècle à Saint-Ybars » : Barrière-Flavy (C), BSA 1889-1890

 « Monographie de la commune de Saint-Ybars », G. Maurel : maîtrise de géographie de l’université de Toulouse le Mirail (1972)

 « La ville de Saint-Ybars au XVIIIéme et pendant la Révolution », Delaye, BSA 1889

 Voir HGL, T. VIII

 « Un épisode des guerres religieuses du 16éme à St Ybars » (Historique) BSA 1890 

BSA 1889

Servage, paréages… (XI-XVI°) : BSA 1917

 

Paréage entre le comte de Foix et l’abbé de Lézat en 1241 (copie 17éme en latin): ADA 139 EDT, AA1

Coutumes accordées aux habitants de St Ybars par Roger IV, comte de Foix et Pierre de Dalbs, abbé de Lézat en 1242 : ADA 139 EDT, AA2

Concession par l’abbé de Lézat à la communauté de St Ybars de privilèges en 1304 : ADA 139 EDT, AA3

Confirmation des privilèges, 1393, 1400 : ADA 139 EDT, AA7

Confirmation de privilèges donnés par Henri, roi de Navarre, comte de Foix à la ville de St Ybars, 1578 : ADA 139 EDT, AA9

Reconnaissances du lieu de Saint-Ybars consentis en faveur de l'abbaye de Calers (1635): ADHG 1 J 194

Mémoire concernant le domaine que le roi et l’abbé de Lézat possédaient à St Ybars (17éme) et limites du territoire de St Ybars cédé par Pierre de Dalbs, abbé de Lézat à Roger, comte de Foix en 1242 : ADA 139 EDT, AA14

Papiers divers: ADA, 45 J 146

Traduction d’un passage du manuscrit sur les coutumes de St Ybars, s.d. (copie 1974) : ADA, 139 EDT (D16)

Plans divers et dossiers: ADA 2 O 1492 à 1502 (école ; reconstructions d’une partie de l’église en 1934 …)

 

 

Sites Internet:

http://www.volvestre-patrimoine.info/index.php?option=com_content&task=view&id=59&Itemid=31

photos sur http://www.photosariege.com/album-1083862.html

http://portaildescommunes.cg09.fr

 

 

Terrier : 1524; annexe de Massabrac en 1724.1672, 1680

Cadastre du fin 16éme : ADA, 139 E dépôt CC9

Extraits de cadastre : 1536, 1656 et 18éme (copie du plan cadastral de 1655) : CC7

Terrier du 17éme en 5 T

 

Armorial (1697) :

Ville : De sinople, à une croix d’or

(Réalisation: Y.A. Cros du Cercle Généalogique de Languedoc)

 

Le chapitre de l’église collégiale : D’or, à une croix d’azur

 

Registre paroissial le plus ancien: 1551

 

 

 

(Étude : J.J. Pétris et Cl. Aliquot; participation d'Y.A. Cros)