Sem

 

 

Département de l'Ariège, Arrondissement de Foix, Canton de Vicdessos

 

 

Altitude : 825 / 2042 m

Longitude : 1° 31’ 08’’ E

Latitude : 42° 46’ 04’’ N

 

(Carte: Conseil Général de l'Ariège)

 

 

 

Surface : 522 ha

 

Démographie :

1806 : 364

1851 : 493

1856 : 452

1901 : 240

1921 : 139

1946 : 40

1968 : 13

1982 : 16

1999 : 19

 

Étymologie : Rappelle le nom de l’un des fils de Noé, mais, aussi, une origine « incendiaire » (Castillon d’Aspet)

Nom des habitants :  Sémois et Sémoises

 

 

 

Approches historiques :

 

(Collection Gérard Lafuente)

 

1181 : donation aux hospitaliers de St Jean de Jérusalem de Capoulet (ADHG) ; mention de Sen et Soussen en 1181(ADHG)

1272 : fait partie du comté de Foix

 Le 1er document écrit concernant la mine est daté de 1272 et émane du comte Roger Bernard III. La mine a fermé officiellement en 1929. Sem (en Ariège) était l’un des 3 villages avec Goulier et Olbier à exploiter le Rancié (concession)

Les mines étaient exploitées par les habitants de la vallée qui furent maintenus dans ce droit par une charte de Roger-Bernard, en 1273 et ensuite par plusieurs autres chartes (1293, 1304, 1332,1366…). Mais les mines étaient connues bien avant, « depuis si longtemps, dit une charte de 1332, qu’il n’y avait aucune mémoire du contraire » .(Pélissier et Morère)

Règlements sur les mines en 1414 et 1731 ; en 1801, le Conseil Général de l’Ariège demandait encore l’application de ces règlements, tombés en désuétude.

 

1343 : Autorisation du comte de Foix, Gaston, d’extraire du minerai de fer de Sem (HGL)

1385 : les feux : 7 feux sur 13

En 1390, le dénombrement du Comté de Foix, 7 feux (sur les 13) sont à Pons de Villemur (Saint Paul de Jarrat) qui possède une forge à Langlade (St Paul). L’appellation est « Sen » Il est vrai qu’à cette époque, 11 forges du Comté de Foix sont alimentées par le minerai de Rancié : Serres sur Arget (Andronne), Arignac, Ascou, Auzat, Ournac (commune d’Auzat), Langlade (commune de Saint Paul de Jarrat), Perles, Rabat, Saurat, Siguer et Vicdessos

Parmi les seigneurs mentionnés en 1390 : Guilhem Ysarn, seigneur de Miglos ; Mondoye de Vonc, seigneur de Junac et Pons de Villemur, seigneur de Saint-Paul (seul vassal du comte de Foix : le recteur)

 

Ressortissait de la châtellenie de Vicdessos en 1450

Sem fournissait en 1667 plus de 40 forges…

 

Carte de Cassini (18° siècle)

 

De part son exploitation naturelle du fer et, donc, du charbon, il n’est pas étonnant de voir que Sem participa à la « Guerre des Demoiselles »

 

En 1896, Sem comporte 90 maisons, 92 ménages pour 305 habitants

 

15 décembre 1929 : fermeture de la mine du Rancié

 

A propos de la Mine de fer du Rancié :

« s’étage du pic de Ganchette (1596 m d’alt.) jusqu’au-dessous du village de Sem (905 m d’alt.). « La mine aux mineurs », sorte de coopérative ouvrière a-t-on dit a jalousé ses privilèges : défense aux étrangers de travailler dans la mine (pour être admis à l’extraction, il fallait entrer par mariage dans une famille de mineurs). Ce sont surtout les villages de Sem, Goulier et Olbier qui exploitaient le gisement. »

Ch. Bourret, relate qu’en juin 1807: “Mgr Primat (archevêque de Toulouse) s’était rendu à Sem, en vallée de Vicdessos. Il vit à la mine de Rancié des « mineurs, c’est à dire des gens qui se sont condamnés eux-mêmes pour gagner leur vie à ce travail pénible que déclinent les malfaiteurs… sortir des entrailles de la terre près de 300 personnes, de différents âges, chacun portant sur ses épaules des morceaux de mine, ayant chacun à la bouche une lampe allumée, qu’ils appellent « caleth » dans leur langage. Là on vit aussi des enfants de cinq à six ans porter aussi ce que leurs petites forces peuvent leur permettre »

 

1854: "Les mines du Rancié occupent aujourd'hui 400 mineurs titulaires et un nombre de mineurs auxiliaires variant avec les besoins de la consommation de minerai. En 1852, la production était de 214 975 quintaux métriques de minerai"

 

Sem au début du XX°...

 

 Sur les mines du Rancié, voir le site http://auzatvicdessos.free.fr/RANCIE.HTM

 

La commune se trouve dans le périmètre du Parc Naturel Régional des Pyrénées Ariégeoises

 

Pour ce qui est du religieux, Sem dépend du doyenné de Haute Ariège et du secteur paroissial de Tarascon comprenant: Alliat, Arignac, Arnave, Banat, Bompas, Capoulet, Cazenave, Génat, Gestiès, Gourbit, Illier et Lamarade, Lapège, Lercoul, Mercus-Amplaing, Miglos-Norgeat, Niaux, Ornolac-Ussat, Quié, Rabat les trois seigneurs, Siguer, Surba, Vicdessos (Auzat, Goulier, Orus, Sem, Suc et Sentenac)

 

 

Municipales 2008:  46 Inscrits

 

 

 

 

 

 

Patrimoine :

 

Exposition des Mines de fer du Rancié (de l’Antiquité aux années 1930)

Mine de fer : plus grande des Pyrénées au 18éme.

A l’entrée de la mine, au dessus de Sem : croix de Sainte Barbe, patronne des mineurs (1803)

"Manifestation des mineurs du Rancié, le 23 février 1911"

(Collection Gérard Lafuente)

 

Croix de bornage (1753)

Dolmen dit « Palet de Samson » (en réalité, n’est pas un dolmen, mais un bloc de granit venu du glacier de Bassiès à l’ère glaciaire). La légende veut que le géant Samson jouait à s’envoyer des pierres avec un de ses camarades d’Orus (du versant opposé). Après avoir joué, il serait parti en oubliant une de ses pierres…

 

Le Chemin des Muletiers  ou de « Cavaillère » (de la Trémie de Cabre jusqu’au Pic de Ganchette) : utilisé par les muletiers pour descendre le minerai de Rancié depuis Sem à Cabre. Voir: Le chemin de Cavallères

 

Église du 18éme

 

 

Célébrité :

J.J. Delescazes, vicaire de Foix, « historien » des guerres de religions, auteur du « Mémorial historique » a été curé de Sem

 

Pour en savoir plus…:

 

« Sem, la mine de fer de Rancié », R. Reulle, 1989

 « La mine aux mineurs » vallée de Vicdessos », Reulle R.

« Un atelier national en Haute Ariège », R. Reulle, 1998 (Lacour)

Cartulaire de Rancié : ADA 1 C 163

« Il était une mine » : René Garmy (1936)

« La mine de Rancié depuis le moyen âge jusqu’à la Révolution », H. Rouzaud

F. Béranger : « La mine de Rancié depuis la Révolution à nos jours », 1913

R. Garmy : « La « mine aux mineurs » de Rancié, 1789-1848 », 1943

 « Tarascon et son canton : d’un siècle à l’autre », Roger Latour, 2002

« De Tarascon à Vicdessos : d’un siècle à l’autre », Roger Latour, 2004

 

Visite de l’église paroissiale Ste Croix : ADA, G 58

Visite du 2 novembre 1671 : ADA, G 58

Visite du 27 juin 1696 : ADA, G 59

Règlement, exploitation et prix du minerai des mines de Ranciè (1831-1918) : 66 EDT, O 6

Ordonnance concernant la police de Sem en 1671 : BSA, T. 5, P. 104

« L’Ariège avant le régime démocratique. L’ouvrier ; les mineurs de Rancié », Ph. Morère, BSA 1913

Mines de Rancié (An IV-1935) : ADA, 145 EDT, O 9

Cartulaire de Rancié : AD des Pyrénées Atlantiques, 1 C 163

Certificat prouvant que Anne de Sérou, dite Flourette, de Sem, continue les errements de sa défunte mère et les pratiques de sorcellerie (6 novembre 1661) : ADA, G 149 (42)

Plans divers et dossiers aux ADA : 2 O 1587 à 1590 (école, eau, église…)

 

 

Sites Internet :

 

Photos sur http://www.photosariege.com/album-341882.html

   www.auzatvicdessos.free.fr

http://auzatvicdessos.free.fr/RANCIE.HTM (sur les mines du Rancié)

 http://www.pays-du-montcalm.com/patrimoine/index.htm

 http://portaildescommunes.cg09.fr

 

 

Registre de catholicité le plus ancien : 1659

 

(Étude J.J. Pétris; Merci pour sa participation à Gérard Lafuente)

 

 Il faut le dire… : L’Association Histariège remercie les communautés du district d’Auzat-Vicdessos pour leur soutien dans la réalisation de son projet

 

 

 

 

 

 

Le chemin de Cavallères, sur les pas des mineurs d’autrefois

 

 

Le département de l’Ariège présente la plus grosse richesse en gisements métalliques de l’hexagone. Plus de 200 gîtes y ont été exploités, l’un des principaux sites miniers du département étant la vallée du Vicdessos, notamment le massif du Rancié, avec ses bas fourneaux datés des IIIe et IVe s. À cette période, les gisements de « pierre ferrue » faisaient l’objet d’une exploitation primitive. Les habitants n’avaient pour ainsi dire qu’à se baisser pour ramasser le minerai, à flanc de montagne, sur ce qu’on appelle « l’affleurant ». Ce premier travail d’exploitation a laissé des traces, notamment le sillon dit de « la tranchée » que l’on peut voir, aujourd’hui encore, au sommet du Mont.

 

Au fil des siècles, le minerai exploitable s’est fait de plus en plus difficile à atteindre. Les mineurs ont dû organiser leur travail, creuser des galeries. Ils se sont tellement appropriés cette terre que le comte de Foix leur accorde officiellement le droit de l’exploiter et de faire le commerce de ses fruits par une charte de 1293. En réponse à cette professionnalisation, les autorités administratives se sont elles mêmes organisées. Après la Révolution, les « Juras », représentants assermentés, ont succédé aux quatre consuls qui géraient l’exploitation de la mine. Ils eurent à charge de régulariser le travail sur le Mont Rancié, de faire respecter les règles d’organisation et de fixer le prix journalier du minerai.

 

Le travail au « minié » est dur et éprouvant. Il donne lieu à de nombreux accidents. Sur 250 jours ouvrables d’extraction, on a recensé en moyenne 61 accidents dans les galeries de la mine. C’est toute une économie qui s’organise autour des tunnels creusés dans la roche calcaire. La famille des mineurs, femmes et enfants, et réquisitionnées pour exploiter un maximum les entrailles de la montagne. Les enfants, petits et passe-partout, portent la « gourbille » à l’extérieur de la mine. Ils peuvent endosser jusque 30 kg dans ce panier tressé de noisetier. Les femmes sont chargées de pousser les wagonnets. Les muletiers transportent le minerai extrait des galeries vers le « pré de Vic’ », au bas du Mont, où il sera vendu au prix fixé par les Juras.

 

En 1896, à l’initiative de la Société métallurgique de l’Ariège, un système permet au minerai de descendre par câbles, de la galerie de la République, la dernière ouverte en 1881, à Cabre. Cette trémie constitue le point de départ du chemin de Cavallères. Qui a cessé d’être emprunté par les muletiers avec les modernisations de la fin du XIXe siècle.

 

La Maison des Patrimoines de la vallée d’Auzat et du Vicdessos s’attache aujourd’hui à faire revivre, le temps d’une balade culturelle et de la visite de l’exposition à la mairie de Sem, l'existence éreintante des mineurs et de leur famille qui se sont succédés sur le Massif du Rancié. Partez sur le chemin de Cavallères, qui vous amènera jusqu’à l’entrée de la galerie de la République, puis jusqu’à la Poudrière, et enfin jusqu’au village de mineur, Sem, pour visiter l’exposition et découvrir le film d’Arthur Fonthès sur la mine de Rancié. Une promenade familiale et culturelle sur les pas des mineurs d’autrefois.

(Sigrid Offenstein pour La Maison des Patrimoine)