Teilhet

 

 

Teilhet

 

 

 

Département de l'Ariège, Arrondissement de Pamiers, canton de Mirepoix

 

Altitude : 262 / 424 m

Longitude : 1° 46’ 45’’ E

Latitude : 43° 05’ 33’’ N

 

(Carte: Conseil Général de l'Ariège)

 

- Démographie

- Approches historiques

- Patrimoine

- Pour en savoir plus...

 

 

 

Surface : 896 ha

 

Démographie :

1806 : 390

1851 : 442

1856 : 407

1901 : 221

1921 : 169

1946 : 128

1968 : 135

1975 : 93

1982 : 112

1999 : 152

2006: 182

 

« Teillet » dans le Bulletin des Lois (1801)

 Étymologie: De « telh, tilhol » : tilleul

 

Approches historiques :

 

Le cimetière de « Tabariane », site archéologique découvert à la fin du 19ème (premières fouilles en 1901), révèle une nécropole des 6 et 8ème siècles : ce qui atteste de l’ancienneté de la vie humaine à Teilhet

 

Teilhet dépendait de l’abbaye de Camon, elle-même devenue prieuré de Lagrasse.

Au milieu du Xéme, on signale l’existence d’une église, désignée tantôt sous le nom de « Sancta Maria de Tella » ; tantôt sous celui de « Sancta Maria a Tello », selon Gallia Christiana »…

Quant à son histoire politique, Teilhet dépendait de la seigneurie de Lapenne, toute proche.

 

Au début du XXème siècle, un instituteur et un curé y exercent pour Teilhet et ses hameaux de Dreuil et Lescure  qui comportent 98 maisons

 

NB : La commune de Teilhet faisait partie de l’arrondissement de Pamiers en 1801 ; puis passe à celui de Foix en 1926 ; enfin dans celui de Pamiers en 1942

 

Pour ce qui est du religieux, Teilhet dépend du doyenné du Pays d'Olmes-Mirepoix et du secteur paroissial de Rieucros comprenant: Arvigna, Dun, Engraviès, Le Merviel, Lapenne, Le Sautel, Lieurac, Manses, Saint-Félix de Tournegat, Teilhet, Vals, Vira, Calzan, Viviès

 

 

 

Municipales 2008:    130 Inscrits

 

 

 

Patrimoine :

 

- Église fortifiée dédiée à st Jean l’Evangéliste: façade (MH) où est scellé un cavalier de pierre (14ème) ; portail 

 

 AUT_0382.JPG (147749 octets)

 

Église Saint Jean l’Évangéliste

 

Le plan de l’église était primitif : une simple salle rectangulaire sans bas-côtés, sans abside, sans transept ni voûte. Ce plan a été conservé bien que très profondément modifié par l’adjonction de deux chapelles. Le chevet est plat et la façade a été percée d’un fâcheux oeil de bœuf.

 

Le portail roman en plein cintre à quatre voussures retombe sur quatre colonnettes par l’intermédiaire de chapiteaux sculptés d’animaux enlacés, une frise, aux consoles ornées de têtes, couronne les archivoltes ; il n’y a pas de tympan. Trois chapiteaux montrent, sous un tailloir continu garni de dragons ailés, des crosses végétales qui semblent un remplacement du XIV° siècle.                                                

 

Un cavalier de pierre scellé sur la façade passe pour représenter le seigneur de Lordat dont il porte les armes.         

(Cl. Aliquot, conservateur des Antiquités et Objets d’Art de l’Ariège, Docteur en Histoire)

 

NB :

1ére mention d’une église : 10éme siècle

Était d’une forme rectangulaire (20m sur 6 : typique de cette période : mais il n’en reste rien)

Le bâtiment actuel est du 13éme

Portail : faux roman (décor gothique) du début du 13éme ; frise au dessus des boussures ; portail rare en Ariège

Un personnage (sculpture) sous la cloche du haut du fronton : « le cavalier fantastique » avec cote de maille, éperons… (date du Moyen Age) ; hypothèse : l’empereur Constantin ? Saint Georges ? le seigneur de Lordat?....

Église reprise au 19éme

 

- Le site de Tabariane (au dessus du bourg, sur une colline) :

Découvert vers 1870. Commencées en 1901, les fouilles systématiques, d’abord menées par l’archiviste départemental Joseph Poux et le capitaine Maurel, furent poursuivies méthodiquement dès l’année suivante par Robert Roger. Depuis, des campagnes se poursuivent (J.M. Durand, par ex. ; et de nos jours par Nicolas Portet  et ses équipes).

Près de 300 tombes y ont été mises à jour (dont 75%  intactes). Elles étaient disposées en rangées régulières et les corps assez exactement orientés ; les mains se croisaient quelquefois sur la poitrine. De nombreux objets (bagues, collier…) les accompagnaient Attribué, dans un premier temps aux Wisigoths, l’on sait maintenant qu’il s’agit de l’époque Mérovingienne

  (partie du site après fouilles)

- Sur la commune se trouve le Château de Roques qui appartenait au marquis de Portes (de Manses)

 

 

Pour en savoir plus…

 

« Histoire et patrimoine en Pays de Mirepoix » (1999).Office du tourisme de Mirepoix (P. 271 à 274)

Briois F : « A propos d’objets retrouvés provenant du site de Tabariane (et alentours), commune de Teilhet (Ariège) », BSA 1982

Fabre-Raynaud Y : « Contes du Pays de Vals, en occitan et en français », Association des Amis de Vals, 1999

De Lahondes J : « Les églises anciennes du diocèse de Pamiers », SCDP, 1883-1886

Roger R : « Le cimetière de Tabariane près de Teilhet, CR de communication au Congrès de la Sorbonne en 1908 », BSA 1908-1909

Sur les « Fouilles de Tabariane, à Teilhet (sépultures Wisigothiques) », in BSA 1901, 1903, 1906

Archives communales déposées aux ADA : 35 EDT

Plans divers et dossiers aux ADA : 2 O 1742 à 1744 écoles, église, eau, …)

 

 

Sites Internet :

www.paysdemirepoix.org

www.ot-mirepoix.fr

http://portaildescommunes.cg09.fr

 

Compoix : 1752

 

Armoiries (incertaines) : Écartelé d’or (1.4) et d’argent (2.3)

  (Réalisation: Y.A. Cros du Cercle Généalogique de Languedoc)

 

 

 Registres paroissiaux et État Civil aux ADA ou commune:

1ére date : 1727

 

 

 

(Étude : J.J. Pétris et Cl. Aliquot; participation d'Y.A. Cros)