Tignac

 

Tignac

 

 

Département de l'Ariège, Arrondissement de Foix, Canton d’Ax les Thermes

 

 

Altitude : 720 / 1440 m

Longitude : 1° 47’ 42’’ E

Latitude : 42° 44’ 46’’ N

 

(Carte: Conseil Général de l'Ariège)

 

- Démographie

- Approches historiques

- Patrimoine

- Pour en savoir plus...

 

 

Superficie : 353 ha

 

Démographie :

1806 : 187

1851 : 238

1856 : 215

1901 : 156

1921 : 114

1946 : 65

1968 : 23

1982 : 15

1990 : 10

1999 : 15

2006: 28

 

Étymologie :

Selon Ad. d’Assier, Tignac dérive du celtique « Thi » (prospère) et « gnac » (village)

Castillon d’Aspet : « se traduit par ville de Teutatès, divinité celtique. Le nom de Teutatès veut dire père des hommes »

 

Nom des habitants : Tignacois et Tignacoises

 

 

 

 

Approches historiques :

 

Légende : Selon une légende, le village primitif de Tignac se trouvait sur l’autre versant de la vallée de Najar. Survient une épidémie : ne restent que deux survivants qui partent avec une truie. Celle dernière s’arrête et ne veut plus avancer. Les deux rescapés décident alors de ne pas aller plus loin et construisent leur première cabane qui deviendra, par la suite, le village que l’on connaît actuellement

 

 

994 : première apparition de Tignac (« Tiniago ») dans la donation à l’abbaye de Lagrasse par Arnaud, fils de Garsinde et de Roger le Vieux, comte de Carcassonne (Tignac est alors alleu d’Ax)

Tignac, qui a été usurpé par le comte de Foix rend ce lieu à l’abbaye de Saint Volusien en novembre 1144 (L’église de Tignac, sous le vocable de Notre Dame est un ancien prieuré d’Unac, appartenant à Saint Volusien).

C’est sous le nom de « Tinhaco » qu’apparaît  Tignac dans le dénombrement réalisé en 1272, sous Philippe le Hardi, sur la composition du Comté de Foix.

1390 : le dénombrement de « Tinhac » donne 22 feux (dont 10 sont à l’abbaye de Saint Volusien). Vassaux de Johan Gari et de l’abbé de Foix

 

Dans la « descriptio del comtat del Foix » de A. Esquerrier, en 1456, Tignac figure comme faisant partie de la châtellenie d’Ax et de son consulat.

De l’an 1144 jusqu’à la Révolution, le seigneur foncier en est l’abbé de Saint Volusien de Foix (bien qu’en 1555, Jean de Villemur, seigneur de Saint Paul (de Jarrat) et coseigneur de Vaychis et de Tignac y possédait un domaine).

17 février 1631 : une avalanche de neige et de pierres détruit presque en totalité le village (l’église en fut épargnée).  Une croix enfer forgée de l’époque en signale la date.

 

Carte de Cassini (18° siècle)

 

1896 : Tignac comporte 35 maisons pour 35 ménages et 164 habitants. Un instituteur y exerce

 

Son climat tempéré a fait surnommé Tignac à la fin du XIX et XX émes siècles le « petit Nice ».

 

 

 

 Municipales 2008:   33  Inscrits

 

 

 

 

 

 

Patrimoine :

 

TignacCroix.JPG (132068 octets)

 

Croix en fer forgée datée de 1631 : date de la destruction du village par une avalanche et signée (ce qui est exceptionnel) : Arnal Germa 

 

Église Notre Dame : reconstruite au début du XXéme siècle

Dolmen de Tignac (à 1090 m d’altitude, plateau de Sizet, au dessus du Frount), appelé « Cabane de Roland » (- 2500 ans)

(vers 1900)            TignacDolmen.JPG (136072 octets) (en 2005)

 

 

 

Pour en savoir plus…

 

« La fondation de Tignac », poème en languedocien, par l’abbé Perpère, curé de Prades ; prix de littérature et de philologie romanes de 1886

Abandon de la seigneurie de Vaychis et Tignac à Jean de Pretianne par Villemur de Saint Paul (1606-1664)= ADA 19 J 79

Ordonnance pour l’église du 11 juillet 1670 : ADA, G 58

Ordonnance épiscopale au sujet de l’alternance du service religieux dans les églises de Vaychis et Tignac (24 juin 1665- 12 juillet 1667) : ADA, G 235 (111-112)

Plans divers et dossiers aux ADA : 2 O 1747 à 1750 (eau, église…)

 

Sites Internet:

www.tignac.com

http://portaildescommunes.cg09.fr

 

Registre de catholicité le plus ancien : 1663 (voir, aussi, à Vaichis et Unac)

 

 

 

(Étude : J.J. Pétris

Photos: J. Guérola)